Immunologie et maux de Zèbre

Pas de pot avec ma peau de Zèb’

Cet article fait suite à ma précédente analyse personnelle qui traitait de l’agitation neuronale assaillant le crâne d’un zèbre (voir l’article). Il est la continuité de mes réflexions sur les options qui me sont données pour sortir de « crise ».

 

Point de départ : l’estomac

Pourquoi dit-on ? : « j’avale pas ces bobards… « , « j’ai la boule au ventre … un poids sur l’estomac … je digère pas … j’encaisse pas … ou … cela me fait vomir. »
Ses expressions populaires ont un vrai sens commun et elles font toutes références à notre estomac. Les chinois le qualifie d’ailleurs de siège des émotions, de la mélancolie et de la rumination (comme les herbivores ! oui oui il y a du zèbre là-dedans !)
Je ne t’apprends rien non plus si je te dis que si on digère mal, tous les organes qui suivent fonctionneront mal et notamment l’intestin grêle ! En gros : « ça me gonfle ! » ou « ça me fait chier ! », les expressions populaires sont encore là !

 

Mais que ce passe-t-il dans cet intestin ?

Cycle biologique mis à part, il participe à la fabrication d’une hormone très célèbre connue sous le nom d’ « hormone du bonheur » mais qui surtout, assure un rôle de neuro-transmetteur dans notre organisme : la sérotonine.
Bref, on va pas se la jouer Docteur Cymes, plus longtemps, cette hormone est extrêmement utile pour faire « parler » nos cellules entre elles.

 

Deux secteurs clés influencés par la sérotonine

  • L’intestin grêle, lui-même. En effet, cette sérotonine agit directement sur les fonctions de motricité de l’intestin dans un cercle vertueux : plus il assimile correctement les éléments nécessaires à la fabrication de l’hormone, plus il est mobile, ET mieux il fonctionne et assimile correctement.

 

  • Le cerveau. La sérotonine fait mieux communiquer nos neurones. Une carence en sérotonine, génère des maux de tête ou des sensations douloureuses associées à des mal-êtres communément assimilés à des dépressions ou de l’anxiété. C’est pourquoi, les antidépresseurs favorisent la re-capture de cette sérotonine afin de l’optimiser dans le dialogue inter-neuronal.

     ➡  Chose importante : Tout ce que je vous dis, ici, est MON interprétation et je suis tout à fait à l’écoute de vrais spécialistes et disposé à leur laisser une tribune pour préciser les éléments de ce sujet.

 

 

Mens sana in corpore sano

Ahhh! Sacré Juvénal « un esprit sain dans un corps sain », quelle brillante citation extraite de la dixième Satire.

Oui, mais il y a plus :

 

 

 

Les choses entraînent les choses, j’adore cette réplique, pleine de fameuse Sérendipité relevée tant de fois par ma douce Lara.

Je réalise à quel point ce syndrome est niché au fond de moi depuis plus de trente ans ! Et, que je fais depuis ce temps, la bascule permanente entre esprit et corps. Quand l’un va, l’autre ne va plus et inversement.
Il est temps d’en finir avec ce fichu syndrome, en me réconciliant avec moi-même pour l’esprit et en me lançant à partir de maintenant, dans un programme simple pour « booster » cette sérotonine dans mon corps.

Donc, si je mange ce qu’il faut (œufs, laitage, patates, riz, légumes à sucre complexe, noix et amandes, …), si je fais de l’exercice physique (exhausteur de sérotonine et stimulation massante) et surtout si je gomme ses constantes ruminations (continuité du travail sur moi puisque j’ai fait une psychothérapie il y a 2 ans), alors la machine à bonheur se remettra en marche et la sérotonine coulera à flot et j’en finirai complètement avec d’autres maux …  😈 

 

Sais-tu ce qu’est le vitiligo ?

Le vitiligo est une maladie de peau qui touche moins de 2% de la population (comme pour les zèbres. Hum, y a-t-il un lien ?) C’est pas beaucoup en pourcentage mais en chiffre cela fait quand même 2 000 personnes d’une ville de 100 000 habitants (j’adore les maths). Il est causé par une mort et/ou un arrêt de fonctionnement des mélanocytes c-a-d les cellules protégeant la peau contre les UV.

Autrement dit, on ne bronze plus et des « tâches » (zone de peau blanche) apparaissent. C’est cool pour un zèbre. Toutes les peaux sont concernées y compris les peaux noires (cf: Chantelle Brown-Young)


Le vitiligo ne gratte pas, ne brûle pas, n’est pas douloureux et n’est pas contagieux. En conséquence, il n’intéresse pas beaucoup la recherche et à part des thérapies à base de rayonnements UV et un peu de physio, il n’existe pas grand chose.
Du point de vue de la compréhension du phénomène, la connaissance a quelque peu progressée ces 20 dernières années pour passer d’un déclenchement lié au stress à un problème immunitaire déficient causé par une ou des anomalies génétiques (plusieurs gênes sont suspectés mais aucun n’est encore accusé) associées à d’autres causes non génétiques et mal définies encore à ce jour (ce qui veut dire qu’ils n’en savent rien).

Bon. Tu te dis peut-être : « Pourquoi il me raconte tous ça ? »ou « Est-ce que la dermatologie est son hobby préféré ? Et il veut m’en faire par. » Pas du tout.

J’ai eu mon vitiligo en 1985, j’avais 16 ans. Comme dans 90% des cas, il est apparu sur les mains et les chevilles et plus rare et beaucoup plus « chiant » sur la moitié de mon visage.

Pour vous donner une idée, j’ai retrouvé cette vieille photo (la seule que j’ai de moi de cette époque peut-être parce que je suis bien accompagné). J’ai 17 ans et Lara 14 ! Enjoy !

Indolore comme je l’ai dit plus haut est un euphémisme car crois moi il y a de la douleur ; Morale.
Puissante et profonde.
Celle qui t’expose brutalement aux regards, qui te fait sortir du rang. Celle qui te condamne dans notre monde d’apparence extérieure. Celle qui te déforme enfin ton monde intérieur.

Reprenons les causes du vitiligo :

Le stress.
Certainement.
Passage (je dirais même abandon) du monde de l’enfance à celui d’adulte.

Entrer dans la cour des grands comme dans celle du lycée. Choisir ses orientations scolaires (scientifique, littéraire ou artistique, économique ou social, …), vers une profession que l’on doit choisir, maintenant, tout de suite, sinon les choix futurs seront plus compliqués.

Les filles ! L’introverti que je suis qui a maintes et maintes fois imaginé dans les moindres détails une relation amoureuse s’oppose à lui même les bras les plus puissants pour se retenir de faire le premier pas.

La case STRESS : je coche !

 

Défaillance immuno déficitaire

Voilà qui est intéressant.

Est-ce à dire que je me défends contre moi-même ? Ou plus précisément que mes défenses sont à ce point combatives face au monde que faute de combattant à leurs « hauteurs » je me combat moi-même ! Ding Dong ! Bonjour Monsieur l’Inconscient, alors qui c’est le patron ?
Recentrons-nous. Par où commence le cercle de défense de l’organisme ? => L’intestin grêle ! Voilà, on y retourne.

Perturbations de l’intestin => perturbations endocriniennes => perturbations immunitaires.

 

 

Mais si tu aimes les histoires qui se finissent bien et comme j’aurais souvent l’occasion de le dire dans mes articles ; Tout n’est pas définitif même quand les situations le paraissent.
Ainsi, en 1987 soit 2 ans (ou plutôt 2 étés dont 1 sous le soleil écrasant de la côte d’azur = max d’UV et terribles coups de soleil avec pilling complet de ma face), la peau de mon visage s’est re-pigmentée. Totalement à l’exception des paupières (ce qui ne se voit pas étant donné mon perpétuel sourire 🙂 ).
Je garderais toute ma vie de cette expérience, le poids du regard d’autrui sur la différence à soi. Le respect du handicap car l’intelligence ne vaut rien sans l’expérience (expérimentation émotionnelle).
D’ailleurs, il y a quelques années où mes filles étaient petites, nous étions dans un aéroport en attente de notre vol quand une petite malade de progéria s’est assise à côté de nous. Mes filles ont joué des coudes pour me le dire. Elles ont tendu des petits doigts pour me la montrer et lancé des regards insistants par innocence. Ces gestes, je les connais à présent car ils sont ancrés profondément en moi et j’ai pu en expliquer précisément le vécu et le ressenti à mes filles.
Transmettre, c’est aussi dans mes gênes.
Pour finir, mes mains aussi se sont partiellement re-pigmentées jusqu’en 2010 ou j’ai connu un nouveau stade de développement et je sais pourquoi. Une lente introspection a démarré en moi depuis 2 ans et elle me mènera jusqu’à à toi.

Une dernière chose importante sur cet épisode de ma vie. J’ai revu ou je côtoie encore des gens qui m’ont connu à cette époque et même actuellement des personnes qui sont en contact visuel avec mes mains. Tu sais pas quoi ?
Quand je leur dis : « Te rappelles-tu de mon visage « taché » de cette époque ? ».
Tous l’ont oublié.
On est qui nous sommes et non qui nous croyons être. C’est assez encourageant.

 

Questions que je me pose

Je serais curieux de savoir quels liens existent entre la multpotentialité et tout ces événements de santé :
– Dyslexie, dysorthographie.
– Épilepsie.
– Trouble Déficit de l’Attention / Hyperactivité – TDAH.
– Bi-polarité.
– Dermatologie (vitiligo, eczémas, psoriasis, … ).
– Autres (si tu as des idées).

N’hésites pas à m’en faire part.

 

 

[/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]
By | 2017-04-10T13:58:37+00:00 février 14th, 2017|Bien être, Symptomes, Thierry|23 Comments

About the Author:

Artisan, Créateur, Ebéniste.
Je rêve de bazar rangé et de liberté ordonnée.

23 Comments

  1. Marie-Josée septembre 3, 2017 at 19 h 43 min - Reply

    Bonjour,

    Je viens de découvrir votre site, une zèbre du Québec qui souffre aussi de vitiligo et d’un lupus érythémateux disséminé. Un truc auto-immun qui fait que mon système se tourne contre moi depuis que j’ai 15 ans. Moi qui ai rêvé de disparaître une grande partie de ma vie parce que j’aurais tellement voulu rentrer dans le rang, être comme tout le monde, sans succès. Aujourd’hui je suis en paix, toujours hyper sensible, toujours dans la marge mais avec la paix au coeur. Vous lire est un grand plaisir, merci.

    • Lara GAILLARD septembre 4, 2017 at 19 h 27 min - Reply

      Merci à toi pour ces jolis mots ! La paix au coeur …. que c’est doux.
      Bien amicalement, Lara

  2. sylvie mai 18, 2017 at 13 h 48 min - Reply

    Bonjour à tous
    Difficile pour moi de sortir de l’anonymat, mais je me lance;
    Mes premiers problèmes de peau sont apparus à l’âge de 6 mois: mycoses, herpés à répétition, eczéma lors de gros stress (tiens bizarre?) et dernièrement cancer de la peau (dû au soleil mais c’est pas grave, on le brûle à l’azote liquide, revenez dans 4 mois, dixit la dermato pro de l ’empathie).
    Esclave de mon hypersensibilité (je zappe régulièrement les infos, incapable de regarder certains reportages dénonçant la souffrance humaine ou animale), j’ai entamé une psychothérapie, des séances de sophrologie et BBA (Bye Bye Allergies , méthode travaillant sur les énergies, pour que le corps accepte les substances provoquant chez lui intolérances ou allergies). Cette méthode travaille également sur les émotions, j’en fait l’expérience et ça me fait beaucoup de bien. Si cela peut être utile à quelqu’un….

    • Thierry GAILLARD mai 22, 2017 at 15 h 41 min - Reply

      Premier pas : sortir de soi. Casser la première ligne de défense de son château. Pour vivre au Pays Cathare et donc entouré de forteresses (qui sont d’ailleurs plus Royales que Cathares, enfin bref) je me suis souvent comparé à ces ouvrages humains.
      Une chose notable et fondamentale est qu’aussi sophistiquées soient-elles, ces constructions ne sont que des structures « défensives » ayant pour but d’empêcher une intrusion de l’extérieur vers l’intérieur. Mais, plus l’on renforce cette défense plus l’on en devient prisonnier et à ce stade les choses s’inversent. La défense devient de l’enfermement.
      J’ai vécu ainsi toute ma jeunesse avec plusieurs cercles de défense : un large pour les gens, un plus petit pour la famille, un petit pour l’amitié, un rapproché pour le cœur et un donjon pour moi.
      Pour moi, ces immunologies et autres dermatologies ne sont que les mousses, lichens et ronces qui envahissent les surfaces de nos murailles.
      Il ne rime pourtant à rien de vivre dans un château et ce qui a été construit doit être déconstruit pour donner de la mobilité. Pas facile mais possible.
      C’est l’impulsion que veut provoquer notre entreprise à Lara et moi-même.

  3. Chat Rayé ? mai 2, 2017 at 11 h 14 min - Reply

    Bonjour, merci beaucoup pour l’article, très intéressant !
    De mon côté, je ne suis pas encore testée, mais je voulais réagir sur cette notion d’anxiété qui engendre des « pathologies ». J’ai une anxiété permanente depuis le plus jeune âge, qui se traduisait simplement par des maux de ventre et des maux de tête constants. Et puis il y a eu les vacances avant le lycée. Depuis (cela fait donc dix ans), je me traîne un syndrome fibromyalgique (certains médecins pensent que c’en est un, d’autres non même si ça y ressemble) et des intolérances alimentaires. Au début de ce problème, j’avais été hospitalisée, et l’un des médecins soutenait que c’était mon anxiété qui avait déclenché tout ça. Avec le recul, je me dis que c’est loin d’être idiot, surtout que ce sont le stress, la fatigue, et des réactions dues à mon hypersensibilité qui favorisent les crises…

    Changer mon alimentation a énormément diminué les symptômes de la fibro (et des intolérances, évidemment^^), et je commence à me dire que travailler sur cette fichue anxiété ne pourrait pas encore améliorer tout ça…

    • Thierry GAILLARD mai 2, 2017 at 12 h 38 min - Reply

      Bonjour Chat Rayé ?
      Avant de te répondre, j’aimerais parler un peu de ton pseudo car il me fait penser à une BD qui malgré une réelle renommée dans l’univers du 9e Art est assez peu connue du grand public. Il s’agit de Calvin & Hobbes écrite et illustrée par Bill Watterson, qui raconte le quotidien de Calvin, un enfant de six ans et de Hobbes, son tigre en peluche.
      Calvin & Hobbes
      Cette BD est une véritable mine d’or pour moi car elle recèle de plein de détails forts intéressants.
      Son auteur tout d’abord, malgré son succès et les multiples sollicitations mercantiles, a toujours refusé de faire des produits dérivés (tasses, t-shirts, … ) pour ne faire QUE des comics strip. => caractère marqué, donc.
      « Par ironie, les noms des deux personnages sont tirés du nom de deux penseurs aux philosophies radicalement différentes : le théologien Jean Calvin et le matérialiste Thomas Hobbes » (cf: Wikipédia) => culture.
      L’enfant avec ses réflexions en interaction avec sa peluche porte une « vision frontière » entre l’enfance et l’age adulte => Syndrome de Peter Pan ?
      Vision schizophrénique du petit garçon dans le dessin du tigre Hobbes qui, lorsqu’ils sont seuls, parle et présente une apparence proche d’un « vrai » tigre mais devient ou re-devient une peluche en présence d’autres personnages. Qui est alors le véritable Hobbes ? Un vrai tigre ou une vraie peluche ? => Relativité des choses => Existentialisme.
      Bref je vous invite tous à lire ces BD pour leurs richesses intellectuelles, leurs densités d’émotions et pour leurs irrésistibles humours !

      Mais revenons à ton commentaire, l’hypersensibilité est parfois confondue avec l’émotivité (à fleur de peau comme on dit) car elle en est une facette. Parler d’hyper-sensation serait plus juste et représente un fantastique potentiel mais comme dit l’oncle de Spiderman :« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.» (je suis très BD aujourd’hui) Il n’est donc pas toujours facile de vivre avec au jour le jour.
      Mais cela n’est pas impossible.
      En l’acceptant.
      En acceptant sa nature.
      En acceptant qui l’on est.
      Vive les tigres ! Vive les peluches ! Et vive les chats rayés !
      Si tu veux en discuter à coeur ouvert avec nous, n’hésite pas à rejoindre notre groupe de « chats rayés ».. C’est ici https://www.facebook.com/groups/LACOZ/ Frappe, on t’ouvrira …

  4. Gladys avril 11, 2017 at 18 h 50 min - Reply

    On peut rajouter dans les « maladies » de peau, la rosacée (ou couperose) qui me pourrit la vie depuis environ 15 ans (en plus d’un psoriasis qui s’accroche, le rascal !). Même constat : On ne sait pas vraiment d’où ça vient, les traitements sont peu voir pas viables et la souffrance morale est aussi difficile à vivre.

    La première phase de la maladie n’est pas douloureuse mais elle touche beaucoup la confiance en soi via le regard des autres (pas de bol pour un zèbre qui de base par sa façon d’être est en perpétuel doute et se dévalorise autant qu’il le peut).

    Le seconde est inconfortable (démangeaisons), très disgracieuse et encore plus difficile à vivre. Je ne parle même pas des deux autres qui doivent être terribles.

    Je me rend compte à la lecture de l’article et des commentaires, de la corrélation possible entre intestin et peau et ça ne m’étonne même pas au final, puisque notre ventre est communément appelé, aujourd’hui, notre deuxième cerveau, à méditer donc.

    • Thierry GAILLARD avril 13, 2017 at 12 h 36 min - Reply

      J’ai lu beaucoup d’articles sur le sujet et notamment à propos du livre de cette jeune allemande Giulia Enders « Le Charme discret de l’intestin » que je n’ai pas encore lu faute de temps (bizarrement je suis un peu occupé en ce moment) mais qui est sur ma liste.

  5. Amandine C. avril 9, 2017 at 23 h 39 min - Reply

    Tiens, je n’avais pas fait le lien entre la peau et la zébritude
    Ce qui me vient à l’esprit : la peau est notre barrière vers l’extérieur. Présenter une peau, en souffrance, peut vouloir indiquer qu’on ne veut pas être approché. Dans mon cas (kératose pilaire), cela signifie un refus de montrer ma vulnérabilité. Et cette kératose s’atténue fortement dans les périodes où je me lâche prise pour devenir ingérable quand je me replie……
    La touche de zébritude : l’HYPER
    Le chemin entre l’action et sa conséquence se fait plus vite, plus fort, plus impactant.

    Mmmm, je suis donc d’avis qu’être Zèbre amplifie un phénomène existant chez tous mais n’en est pas la cause intiale. Euh…. je pense qu’ici je ne suis pas la seule à m’être comprise 🙂

    • Thierry GAILLARD avril 10, 2017 at 13 h 31 min - Reply

      J’acquiesce par deux fois ton commentaire, Amandine, la peau par sa taille et son importance fondamentale dans notre métabolisme est aujourd’hui classée comme un organe de notre corps. Elle assure belle et bien cette mission de frontière physique entre un extérieur et un intérieur mais aussi une barrière psychologique entre soi et autrui.
      Et oui aussi, pour le fait qu’il est plaisant d’être comprise ici même lorsque des sentiments complexes deviennent mots jetés en touffes et non en bouquets comme le voudrait Cyrano !
      Et si tu veux en discuter plus avant avec d’autres Cyrano rejoins la COZ (Coming Outée Zébrée) ! Je te dis à bientôt.
      Amicalement.
      Thierry

      • Amandine C. avril 15, 2017 at 21 h 02 min - Reply

        Yes, merci Thierry.
        J’y suis et c’est complètement Zimbrée 🙂

  6. pascale chevalier mars 13, 2017 at 14 h 54 min - Reply

    Merci pour ce lien Sophie qui m’ouvre une porte de plus..mon histoire personnelle est donc à pacifier et je dois muer !

  7. Baty Sophie février 22, 2017 at 21 h 14 min - Reply

    Bon alors les synchronicités marchent toujours aussi bien ! J’adoore !!
    Je viens de découvrir ( comme un juste retour ) via une Conférence, un nouvel éclairage sur le Sens de la  » mal a dit  » grâce la Bioanalogie crée par JeanPhilippe Brebion ( l’empreinte de naissance ) , encore un bouquin qui trône au milieu de tous ceux que j ai acheté et pas encore lu 😜
    Alors que le Décodage bio travaille avec la cause et le conflit , La Bioanalogie explique que derriere chaque mal à dit ( ou à dire ) il y a un Talent Caché !! Intéressant , non !!
    Et bien sur je suis tombé plus tard sur cette vidéo concernant le psoriasis 😉
    https://youtu.be/GVBe05-8YUw

    • Thierry GAILLARD février 23, 2017 at 11 h 38 min - Reply

      Merci Sophie pour ton info. Voilà qui pourrait donner des réponses à ces liens qui nous « cisaillent ».
      J’en profite ; nous avons un groupe fermé sur Facebook « La Coming’Outé Zébrée – C.O.Z. » dans lequel le sujet est dans le fil d’actualité.
      N’hésites pas à t’y inscrire pour débattre ensemble. A bientôt.

  8. Sophie Baty février 20, 2017 at 19 h 17 min - Reply

    Toutes les maladies de peau sont liées à des problématiques de Séparation ( c est le principe de la peau )
    Eczéma ( simple séparation ) Psoriasis ( Double Séparation )
    Eczéma en langue des oiseaux se dit ex aimé
    Je vous conseille les bouquins de Gérard Athias sur  » Racines Familiales de la Mal a dit  » tome 1,2,,3 et surtout  » le cours  » , un plus que Zèbre lui aussi 😉
    Travailler avec le projet sens cad les 18 mois avant votre naissance
    Le vécu des Parents pdt Ces 18 mois = le Ressenti de l Enfant pdt Tte sa vie

    • Thierry GAILLARD février 20, 2017 at 22 h 16 min - Reply

      Bonsoir Sophie,
      Ton commentaire me donne un profond éclairage sur mon parcours. Comme je l’ai déjà dit, j’ai quitté mon enfance avec beaucoup de regrets. J’adorais jouer, m’inventer des histoires ou des mondes. La vie adulte représentait l’inconnu et je ne savais pas comment y trouver ma place. C’était une vraie séparation pour moi. Mon vitiligo correspond à cette période.
      Je pense pour autant que la zébritude agirait comme un exhausteur de ce phénomène (le fameux pas de pot ! héhé).
      Pour info, et pour ceux qui seraient encore dans l’emprise de cette « dermattaque », mon entrée dans l’age adulte n’a pas été aussi difficile que je pouvais l’imaginer … et je ne joue plus au légo depuis l’age de 30 ans (je rigole).
      L’hyper-émotion nous jouerait donc des mauvais tours, notre hyper-conscience peut sûrement nous en libérer. A suivre donc.

  9. pascale chevalier février 19, 2017 at 11 h 18 min - Reply

    Merci Thierry…nous tenons un sujet de these tres interessant ! Je ne connaissais pas ce lien de la medecine chinoise entre les poumons et la tristesse…! Hummm je vais reflechir serieusement ! Au plaisir de pouvoir partager nos hypotheses ! Prends soin de toi !

  10. Pitre février 18, 2017 at 10 h 59 min - Reply

    Depuis mes 6ans je suis atteinte de PSO…Peut être en corrélation avec la zebratitude…Du stress ? Ça c est sûr aussi,! Des études sont peut-être en cours….

    • Thierry GAILLARD février 18, 2017 at 15 h 08 min - Reply

      Il faut savoir retourner sa peau de zèbre pour pouvoir l’étudier en profondeur. Courage, ça peux piquer.

  11. Gael février 18, 2017 at 1 h 58 min - Reply

    Troubles dépressifs avec pensées suicidaires, troubles de stress post-traumatique, asthme, intolérances et allergies alimentaires et respiratoires avec résultats négatifs pour beaucoup d’allergènes, symptômes coeliaques, zona, acné qui n’en est pas, intolérance à la douleur (physique et psychique), résistance aux anesthésiques, intolérance aux objets médicaux type stérilet, effets secondaires forts en cas de médication, articulations fragiles, mauvaise cicatrisation et peau fragile, foie très chargé, vésicule biliaire à nettoyer, sclérose en plaques?… Je continue? XD

    • Thierry GAILLARD février 18, 2017 at 15 h 02 min - Reply

      Merci Gael,
      Oui, c’est bien ce qui me semblait, la liste peut être longue…
      Au-delà de la collection, peut-on agir sur ces maux si l’on se « sait » avoir une un mode émotionnel hypertrophié ?
      Je n’ai que des hypothèses pour le moment. Malheureusement.
      Amusant cette résistance aux anesthésiques : J’ai droit à une double dose chez le dentiste ou le dermato !
      Bon courage à toi et pas d’inquiétudes, il y a forcement une sortie de « crise » quelque part.

  12. pascale chevalier février 14, 2017 at 20 h 19 min - Reply

    Bonsoir Thierry, merci pour ton temoignage qui m’interpelle..je me pose les memes questions concernant un psoriasis avec qui je cohabite depuis mon adolescence.. je recherche l origine de ce dysfonctionnement immunitaire dont les consequences sont aussi visibles aux yeux du monde entier…Ayant ete soumise à diverses sources de stress de façon recurrente et sans pouvoir l exprimer verbalement , mon corps parle pour moi …il dit l indicible, met une cuirasse entre moi et les autres … comment retrouver le sens caché du message envoyé ? Est ce de l auto sabotage ? Une colere retournée contre moi meme ? Une barriere de protection contre l exterieur ? Pourquoi soudainement à l’adolescence ? Une petite question me taraude : as tu connu comme moi, des pb respiratoires du type asthme ou allergies avant ce vitiligo ? Comme un signe precurseur du rejet par l’organisme d une situation « aggressive » ? Probleme medical dont le symptome aurait ete soigné mais pas la cause ? Et qui ressortirait sous une forme plus « visible » ? C’est une piste que j’exploite.. Je serai curieuse de voir si bcq de HPE ou zebres sont plus exposes à ce genre de pbs medicaux … sujet tres interessant merci

    • Thierry GAILLARD février 15, 2017 at 12 h 37 min - Reply

      Bonsoir Pascale,
      Merci pour ton témoignage de ces maux qui te tenaillent. On ne peut plus dire que cette émotion qui nous submerge ne nous met pas à « fleur de peau ». Encore une expression qui fait sens, même si elle dépasse largement un simple rosissement. Le psoriasis (que je vais rajouter à mon article) est, je pense, à classer dans ces maladies de peau bien connues par la médecine dans son protocole mais dont le point de départ reste assez mystérieux. On parle alors de stress comme souvent. Mais est-ce seulement du stress ? N’y a-t-il pas un rapprochement à faire avec la zébritude dans ses effets indirects de mal-être ou de mal de vivre quelque chose que l’on ressent ? Je commence à le penser. Je ne dis pas non plus que tous les zèbres sont ou seront atteints par ces types de maux mais peut-être ceux dont un questionnement ou une sensation d’agression externe pourraient être poussés à se défendre et faute de riposter aux agresseurs, de s’en prendre à soi-même. Une sorte de réponse (d’action) impuissante que l’on se ferait à soi-même.
      Encore une fois, je ne suis ni médecin, ni psychiatre mais je « sens » qu’il peut y avoir un lien.
      Concernant l’asthme, j’avais des « épisodes » asthmatiques sans causes allergènes (j’ai fait des tests, tous négatifs). Ces crises étaient caractérisées chez moi par une montée de la difficulté respiratoire en soirée avec un apogée en début de nuit. Je n’en ai plus aujourd’hui.
      Si l’on se réfère à la médecine chinoise, les poumons sont le siège de la tristesse… à méditer, donc.
      Je me rend bien compte que ce n’est pas un sujet très glamour ou divertissant mais je vis avec depuis si longtemps qu’il était en fait le premier article que j’ai écris. J’aurais attendu le 4eme pour le publier. Mais il me tient fortement à cœur et dépasse les réserves de ma pudeur.
      Quoi qu’il en soit, ce qu’il me semble important de dire c’est que je témoigne dans le sens de l’action. Je ne veux plus subir mais agir. Autant que faire se peut.

Leave A Comment