Pas de pot avec ma peau de Zèb’

Cet article fait suite à ma précédente analyse personnelle qui traitait de l’agitation neuronale assaillant le crâne d’un zèbre (voir l’article). Il est la continuité de mes réflexions sur les options qui me sont données pour sortir de “crise”.

 

Point de départ : l’estomac

Pourquoi dit-on ? : “j’avale pas ces bobards… “, “j’ai la boule au ventre … un poids sur l’estomac … je digère pas … j’encaisse pas … ou … cela me fait vomir.”
Ses expressions populaires ont un vrai sens commun et elles font toutes références à notre estomac. Les chinois le qualifie d’ailleurs de siège des émotions, de la mélancolie et de la rumination (comme les herbivores ! oui oui il y a du zèbre là-dedans !)
Je ne t’apprends rien non plus si je te dis que si on digère mal, tous les organes qui suivent fonctionneront mal et notamment l’intestin grêle ! En gros : “ça me gonfle !” ou “ça me fait chier !”, les expressions populaires sont encore là !

 

Mais que ce passe-t-il dans cet intestin ?

Cycle biologique mis à part, il participe à la fabrication d’une hormone très célèbre connue sous le nom d’ “hormone du bonheur” mais qui surtout, assure un rôle de neuro-transmetteur dans notre organisme : la sérotonine.
Bref, on va pas se la jouer Docteur Cymes, plus longtemps, cette hormone est extrêmement utile pour faire “parler” nos cellules entre elles.

 

Deux secteurs clés influencés par la sérotonine

  • L’intestin grêle, lui-même. En effet, cette sérotonine agit directement sur les fonctions de motricité de l’intestin dans un cercle vertueux : plus il assimile correctement les éléments nécessaires à la fabrication de l’hormone, plus il est mobile, ET mieux il fonctionne et assimile correctement.

 

  • Le cerveau. La sérotonine fait mieux communiquer nos neurones. Une carence en sérotonine, génère des maux de tête ou des sensations douloureuses associées à des mal-êtres communément assimilés à des dépressions ou de l’anxiété. C’est pourquoi, les antidépresseurs favorisent la re-capture de cette sérotonine afin de l’optimiser dans le dialogue inter-neuronal.

     ➡  Chose importante : Tout ce que je vous dis, ici, est MON interprétation et je suis tout à fait à l’écoute de vrais spécialistes et disposé à leur laisser une tribune pour préciser les éléments de ce sujet.

 

 

Mens sana in corpore sano

Ahhh! Sacré Juvénal « un esprit sain dans un corps sain », quelle brillante citation extraite de la dixième Satire.

Oui, mais il y a plus :

 

 

 

Les choses entraînent les choses, j’adore cette réplique, pleine de fameuse Sérendipité relevée tant de fois par ma douce Lara.

Je réalise à quel point ce syndrome est niché au fond de moi depuis plus de trente ans ! Et, que je fais depuis ce temps, la bascule permanente entre esprit et corps. Quand l’un va, l’autre ne va plus et inversement.
Il est temps d’en finir avec ce fichu syndrome, en me réconciliant avec moi-même pour l’esprit et en me lançant à partir de maintenant, dans un programme simple pour “booster” cette sérotonine dans mon corps.

Donc, si je mange ce qu’il faut (œufs, laitage, patates, riz, légumes à sucre complexe, noix et amandes, …), si je fais de l’exercice physique (exhausteur de sérotonine et stimulation massante) et surtout si je gomme ses constantes ruminations (continuité du travail sur moi puisque j’ai fait une psychothérapie il y a 2 ans), alors la machine à bonheur se remettra en marche et la sérotonine coulera à flot et j’en finirai complètement avec d’autres maux …  😈 

 

Sais-tu ce qu’est le vitiligo ?

Le vitiligo est une maladie de peau qui touche moins de 2% de la population (comme pour les zèbres. Hum, y a-t-il un lien ?) C’est pas beaucoup en pourcentage mais en chiffre cela fait quand même 2 000 personnes d’une ville de 100 000 habitants (j’adore les maths). Il est causé par une mort et/ou un arrêt de fonctionnement des mélanocytes c-a-d les cellules protégeant la peau contre les UV.

Autrement dit, on ne bronze plus et des “tâches” (zone de peau blanche) apparaissent. C’est cool pour un zèbre. Toutes les peaux sont concernées y compris les peaux noires (cf: Chantelle Brown-Young)


Le vitiligo ne gratte pas, ne brûle pas, n’est pas douloureux et n’est pas contagieux. En conséquence, il n’intéresse pas beaucoup la recherche et à part des thérapies à base de rayonnements UV et un peu de physio, il n’existe pas grand chose.
Du point de vue de la compréhension du phénomène, la connaissance a quelque peu progressée ces 20 dernières années pour passer d’un déclenchement lié au stress à un problème immunitaire déficient causé par une ou des anomalies génétiques (plusieurs gênes sont suspectés mais aucun n’est encore accusé) associées à d’autres causes non génétiques et mal définies encore à ce jour (ce qui veut dire qu’ils n’en savent rien).

Bon. Tu te dis peut-être : “Pourquoi il me raconte tous ça ?”ou “Est-ce que la dermatologie est son hobby préféré ? Et il veut m’en faire par.” Pas du tout.

J’ai eu mon vitiligo en 1985, j’avais 16 ans. Comme dans 90% des cas, il est apparu sur les mains et les chevilles et plus rare et beaucoup plus “chiant” sur la moitié de mon visage.

Pour vous donner une idée, j’ai retrouvé cette vieille photo (la seule que j’ai de moi de cette époque peut-être parce que je suis bien accompagné). J’ai 17 ans et Lara 14 ! Enjoy !

Indolore comme je l’ai dit plus haut est un euphémisme car crois moi il y a de la douleur ; Morale.
Puissante et profonde.
Celle qui t’expose brutalement aux regards, qui te fait sortir du rang. Celle qui te condamne dans notre monde d’apparence extérieure. Celle qui te déforme enfin ton monde intérieur.

Reprenons les causes du vitiligo :

Le stress.
Certainement.
Passage (je dirais même abandon) du monde de l’enfance à celui d’adulte.

Entrer dans la cour des grands comme dans celle du lycée. Choisir ses orientations scolaires (scientifique, littéraire ou artistique, économique ou social, …), vers une profession que l’on doit choisir, maintenant, tout de suite, sinon les choix futurs seront plus compliqués.

Les filles ! L’introverti que je suis qui a maintes et maintes fois imaginé dans les moindres détails une relation amoureuse s’oppose à lui même les bras les plus puissants pour se retenir de faire le premier pas.

La case STRESS : je coche !

 

Défaillance immuno déficitaire

Voilà qui est intéressant.

Est-ce à dire que je me défends contre moi-même ? Ou plus précisément que mes défenses sont à ce point combatives face au monde que faute de combattant à leurs “hauteurs” je me combat moi-même ! Ding Dong ! Bonjour Monsieur l’Inconscient, alors qui c’est le patron ?
Recentrons-nous. Par où commence le cercle de défense de l’organisme ? => L’intestin grêle ! Voilà, on y retourne.

Perturbations de l’intestin => perturbations endocriniennes => perturbations immunitaires.

 

 

Mais si tu aimes les histoires qui se finissent bien et comme j’aurais souvent l’occasion de le dire dans mes articles ; Tout n’est pas définitif même quand les situations le paraissent.
Ainsi, en 1987 soit 2 ans (ou plutôt 2 étés dont 1 sous le soleil écrasant de la côte d’azur = max d’UV et terribles coups de soleil avec pilling complet de ma face), la peau de mon visage s’est re-pigmentée. Totalement à l’exception des paupières (ce qui ne se voit pas étant donné mon perpétuel sourire 🙂 ).
Je garderais toute ma vie de cette expérience, le poids du regard d’autrui sur la différence à soi. Le respect du handicap car l’intelligence ne vaut rien sans l’expérience (expérimentation émotionnelle).
D’ailleurs, il y a quelques années où mes filles étaient petites, nous étions dans un aéroport en attente de notre vol quand une petite malade de progéria s’est assise à côté de nous. Mes filles ont joué des coudes pour me le dire. Elles ont tendu des petits doigts pour me la montrer et lancé des regards insistants par innocence. Ces gestes, je les connais à présent car ils sont ancrés profondément en moi et j’ai pu en expliquer précisément le vécu et le ressenti à mes filles.
Transmettre, c’est aussi dans mes gênes.
Pour finir, mes mains aussi se sont partiellement re-pigmentées jusqu’en 2010 ou j’ai connu un nouveau stade de développement et je sais pourquoi. Une lente introspection a démarré en moi depuis 2 ans et elle me mènera jusqu’à à toi.

Une dernière chose importante sur cet épisode de ma vie. J’ai revu ou je côtoie encore des gens qui m’ont connu à cette époque et même actuellement des personnes qui sont en contact visuel avec mes mains. Tu sais pas quoi ?
Quand je leur dis : “Te rappelles-tu de mon visage “taché” de cette époque ?”.
Tous l’ont oublié.
On est qui nous sommes et non qui nous croyons être. C’est assez encourageant.

 

Questions que je me pose

Je serais curieux de savoir quels liens existent entre la multpotentialité et tout ces événements de santé :
– Dyslexie, dysorthographie.
– Épilepsie.
– Trouble Déficit de l’Attention / Hyperactivité – TDAH.
– Bi-polarité.
– Dermatologie (vitiligo, eczémas, psoriasis, … ).
– Autres (si tu as des idées).

N’hésites pas à m’en faire part.

 

 

[/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]