Les erreurs à ne surtout pas éviter lorsqu’on se découvre zèbre !

2017 bilan sans gain : opération à cœur ouvert 

Leçon de l’année : “Je pense trop” donc j’essuie … les plâtres

Penser est une bonne chose, lorsque l’on décide un matin que notre petite vie ne nous suffit pas/plus et que l’on se lance dans “THE PROJECT” !

Mais le “trop” qui caractérise bien nos profils de multipotentiels, est la source de tous nos malheurs aussi, s’il n’est pas compris ni “auto-régulé”.

Parce que, malgré toutes nos capacités à penser vite, loin, fort et sans arrêt, nous en oublions souvent ce pourquoi nous avons commencé à penser …

Nous perdons, peu à peu le sens et l’essence de notre quête et, la fatigue aidant, nous nous essoufflons tout seul, comme des cons, 10 km en avance, à crier aux autres qu’on les attend. Non qu’ils soient lents, mais ils font des pauses eux, à l’extérieur, et ce n’est pas LEUR projet, même si ils s’y inscrivent !

Et pendant ce temps là (à Vera Cruz… ), en attendant les autres, que faisons-nous ? Nous écrivons des scénari !

Parce qu’on s’ennuie, non que nous soyons plus intelligents mais parce que nous avons déjà parcouru le chemin ! Et c’est là que ça commence à se décaler ! Connaître la fin du film ne motive pas à attendre que le héros meurt, ni même qu’il se marie à la fin… Nous entrons alors dans un scénario qui peut se répéter sans fin et qui peut se renforcer par les premiers échecs incontournables si nous n’y prêtons pas attention ! 

C’est ce que nous avons expérimenté tout au long de 2017, armés de notre nouvelle identité d’équidé à rayures, boostés d’une énergie créatrice un peu folle : une énergie d’adolescents – arborescents (assumés ou en cours d’acceptation)… 

Schéma classique non ? 

Combien de multi n’avons-nous pas croisé ainsi sur cette longue année, un peu déprimés par leur fatigue de concepteurs de projets mirobolants, géniaux souvent ou originaux mais qui éprouvent des difficultés à dépasser les frontières de leur boite crânienne au final ?

Car oui, penser à tout ou presque, anticiper les bifurcations, les risques et les conséquences sont des atouts non négligeables pour tout créateur MAIS piégeux également !

Les projets doivent se vivre et se tester, en réel, concrètement ! Tout anticiper est impossible et le perfectionnisme est l’ennemi n°1 du créateur qui (re)démarre de zéro !

La sérendipité, chère à mon coeur, doit devenir ta religion, ô toi, entrepreneur de ta vie, innovateur de demain.

Quelle que soit la vitesse de ton réseau neuronal, quels que soient tes expériences et ton courage, certaines portes ne deviennent visibles que lorsque d’autres se sont fermées. 

La sérendipité est cette magie du mouvement, qui te fera buter contre les impondérables pour te donner accès aux opportunités. 

C’est “le don de faire des trouvailles”

Sans ce mouvement réel et concret, sans ce jeu d’essai-erreur, tu n’es et ne resteras qu’un rêveur.

Ne perd pas trop de temps à imaginer, ose et joue la partie, tu ne reviendras jamais en arrière, quoi que tu puisses en penser !

A cette citation de mon pote Al, que je trouve justifiée mais qui pourrait laisser à penser que “abandon” porte en sa traîne un parfum de culpabilité 

Il n’y a pas d’échec, il n’y a que des abandons ” Einstein 

 

Je lui préfère celle de Toto :

Je n’ai pas échoué. J’ai seulement trouvé 10.000 moyens qui ne fonctionnent pas. » Thomas A. Edison

 

N’est-ce pas là la manière la plus positive et la plus constructive d’appréhender l’expérience ? Une jolie manière aussi de prendre de la hauteur et nous détacher ainsi de la douloureuse attente de résultats ???

Cette attente est terrible et elle est le symptôme qui gangrène l’entrepreneur s’il ne se soigne pas. C’est LE signe à repérer qui lui permettra de se remettre dans le droit chemin et de ne pas abandonner.

Nous nous sommes, je peux te le confirmer, 1 an après le début de notre aventure, rétamés plus que de raison mais nous avons cependant tellement avancé … vers nous !

En cette fin d’année 2017 donc, alors que Noël approchait et que notre fatigue naturelle nous poussait plutôt au lit qu’aux champs de bataille, nous avons, malgré tout, vu naître cette envie puissante de faire un réel point, sans compromis ni excuses, pour déposer notre sac à dos et prendre le temps d’en faire l’inventaire.

Jeter ce qui ne nous servirait plus et faire de la place pour continuer plus léger. 

Cette trêve est importante, non pour ne rien faire mais pour laisser le temps accomplir son travail et réduire le décalage entre “la tête, le coeur et les couilles”, comme le slame si sagement ce Grand corps malade !

Sans entrer dans les polémiques du « moi, les fêtes de Noël … ça m’emmerde », crèche ou pas crèche, dinde ou chapon, familles ou amis …, marquer le coup de temps en temps, accepter de prendre le temps, s’arrêter pour écouter en silence les battements de son cœur,  WAOW quel bonheur !!

C’est donc l’heure du bilan !

Nous avons utilisé toute cette année, ces 50 semaines quasiment sans trêves pour construire, brique après brique, notre château. Nous avons projeté, réfléchi, stressé, tenté, essayé, planté, re-commencé, re-réfléchi, re-tenté, re-planté et cela pendant 12 longs mois.

Résultat ?

Pas du tout ceux que nous avions imaginé ou projeté !

Qu’est-ce que nous avons appris ? 

  • Qu’aucune projection (business plan ou autre terme barbare usité dans « l’autre monde »), pour des cerveaux arborescents comme les nôtres, ne tient vraiment la route. Certes, ce n’est qu’au travers du prisme de NOTRE expérience mais je pense sincèrement, aux témoignages reçus ou aux expériences croisées, que nous pouvons en tirer une « constante » fiable.
  • Que les meilleures intentions du monde ne pourront jamais faire l’impasse sur le re-calibrage permanent tant factuel, qu’émotionnel et que la souplesse ainsi que la motivation profonde sont les éléments clés à ne surtout pas négliger.
  • Que cette motivation intrinsèque doit être re-visitée quotidiennement pour être ravivée, consolidée et en comprendre les affaissements réguliers incontournables.
  • Que ce n’est pas parce que tu te déconnectes peu ou prou de ton « projet » qu’il meurt …. Juste, il se transforme et tu dois l’accepter.
  • Que les allers-retours cerveau/cœur sont comme les essieux qui feront se mouvoir ta machine à vapeur.
  • Que le temps ne se gère pas mais que tu peux adapter ton inscription dans ce temps, et que cette dernière ne montera en « efficacité » qu’en écoutant ton rythme.
  • Que rien n’est jamais acquis et tant mieux ! C’est une pensée à vivre, contraire à toute notre éducation et notre conditionnement. C’est un réel cadeau pour nous, multi mais nous ne le savons pas.

Qu’est-ce que nous avons compris ? 

  • Que toutes les théories du monde n’égaleront jamais une magistrale gamelle pour te rapprocher de tes rêves !
  • Qu’à attendre de saisir la finalité pour démarrer est le pire ennemi de l’entrepreneur.
  • Que le seul accord à passer pour avancer, même d’un pas, n’est à passer qu’avec soi !
  • Que la peur de « faire » est collée à celle d’être jugé et que la seule manière de se défaire de cette peur …. est de faire !
  • Que chaque fois qu’un « malaise » ou un mauvais ressenti naît, lors d’une action, un message est à décrypter.
  • Que la confiance en soi ne se travaille pas de face. Elle n’est que la résultante d’une décision assumée.
  • Que personne au monde ne fera mieux que toi pour vivre tes rêves.
  • Que c’est douloureux de se planter mais que c’est bon de savoir pourquoi.
  • Que décidément, tout ne se passe qu’ici et maintenant.

Qu’est-ce que nous avons décidé ? 

  • De ne plus jamais attendre le début de l’année pour se souhaiter quelque chose que nous ne désirons pas profondément. Et faire de chaque jour un jour de l’an.

  • De ne plus jamais confondre choisir et décider et de décider que nos choix seront toujours les meilleurs.

  • De poursuivre sur ce chemin et d’ouvrir grand les yeux, les oreilles et le cœur pour y laisser entrer tout ce qui peut y être contenu et jaillir, en retour, tout ce qui peut être offert.

  • De nous accorder suffisamment d’amour pour nous sentir légitime dans TOUT ce que nous entreprenons.

  • D’intégrer et d’accepter sans crainte que donner sans calcul ni attente est décidément le plus joli cadeau à s’offrir pour être entier. (jolie liaison en langage des oiseaux tiens)

  • De remercier profondément toutes les personnes croisées pour ce qu’elles éveillent en nous ; elles nous permettent de voir, de ressentir et de nous sentir vivant.

  • De nous accorder le droit de faire, penser, tester, se planter, se relever sans attendre d’autre autorisation que la nôtre.

Conclusion 2017 et ouverture 2018 !

Nous sommes partis il y a un an, avec un projet relativement « précis », mais sur papier seulement. Nous nous sommes lancés, nous l’avons vécu et nous en sommes tellement heureux !

Nous avons juste été un tantinet trop pressé dans nos attentes (la fougue de la jeunesse 😉 ), tellement certains qu’en peu de temps, nous pouvions projeter sur les autres ce qui se passait en nos cerveaux, négligeant quelque peu cette phase de démarrage où il faut être au four et au moulin, tout en continuant de respirer et de vivre tous les instants.

Quelle expérience !

Tous les chemins mènent à la réalisation de soi, pour peu que le cœur soit vaillant et les intentions bien claires, en soi, pour soi et à partir de soi !

Tant que ces deux repères ne vibrent pas à l’unisson, la machine tousse souvent et te met des coups de freins pour te rappeler à l’ordre… mais il faut connaître l’ombre pour reconnaître et apprécier la lumière !

2018 s’ouvre à nous et nous allons poursuivre, un peu plus fort qu’hier et moins que demain.

Nous te souhaitons de tout cœur de ne jamais cesser de croire en tes rêves !

 

Bien à toi, L&T

 

By |2018-10-03T17:07:18+00:00janvier 8th, 2018|Uncategorized|3 Comments

About the Author:

Multipotentiologue, psy, thérapeute en thérapie brève, d’obédience humaniste et qui vit avec un zèbre ! Ce qui m'anime : ressentir, comprendre, connecter, exprimer, lier et créer du sens !
  • Bruno Durandiere dit :

    Bonjour à tous, je pensais que tout venais de soi. Je ne comprenais pas que l’on puisse appartenir à un groupe. Je ne mesure pas encore ce que ça va produire en moi ni vers quoi ça va m.amener. Je prend tout cela avec une très grande prudence mais avec une étrange sensation de retour à la maison. Si je peux simplement vous donner quelque chose petits être sensibles, regardez le film : Mission. Bon week end

    • Lara GAILLARD dit :

      Bonjour Bruno, oui, faire partie d’un groupe … d’humains hyper humains …
      Bienvenue à la maison.
      Mission, oui, vu, ressenti et hautement apprécié !
      Très belle semaine à vous !

  • Dominique dit :

    Quelle belle année de réalisation, aussi bien sur le plan extérieur qu’intérieur !

    Je crois bien que 2017 restera la première année du reste de votre vie, non ?

    MERCI pour tout, c’est tellement énorme,
    et plein de bonnes choses pour 2018 !

  • >

    Comment savoir où tu en es ... et si je peux t'aider ?

    FAIS UN BILAN DE 30 MINUTES