Wouf …. Je pense que, depuis le début de ma recréation pro (la dernière en date 🙂 ) et de mon installation concrète dedans, c’est la première fois que je décroche autant tout en étant, paradoxalement, plus investie profondément.

J’ai passé l’été en double mode, en double fonctionnement et pourtant, unifiée comme jamais !

Et cela fait plus d’un mois que je n’ai pas écrit …. DINGUE !!

Première fois depuis des lustres que je suis “calme”, moins rongée par un de mes milliers de dossiers ou projets en phase de conception, de réflexion et/ou de lancement … et pourtant, je peux l’affirmer, ça marche !!

 

Accroche toi, je sais pas comment va finir mon histoire

mais je te promets que si tu es multipote,

tu ne devrais pas être déçu-e !

 

Qu’est-ce qui marche ?

Le fait de pouvoir relâcher le mental sans paniquer ou avoir l’impression que j’allais tout perdre si mon attention se relâchait.

Le fait de pouvoir goûter le temps et les plaisirs d’un repos choisi, sans les montées de stress du “et après ?”

Je suis la première étonnée des mots qui sortent de mon esprit en cette rentrée officielle choisie. Les rentrées de septembre ont toujours eu un arrière goût de deuil chez moi; imaginaire et d’anticipation pendant de nombreuses années scolaires et plus réelles en 2012, année où je suis devenue orpheline. (ouais, même à 40 ans, c’est bouleversant…)

Et pourtant, malgré mon habitude ancrée d’avoir toujours un “et POURQUOIIIII ?” suivi d’un “et COMMEEEEENT ?” aux lèvres; ceux-ci, cet été, se sont délestés d’un immense poids et furent accueillis avec bienveillance (si si) sans entraîner un up and down émotionnel ! C’est une première !!

A l’aube de mes 48 étés 😎 , je proclame que j’ai arrêté de chercher à avoir “la conscience en paix” (inatteignable et finalement bien culpabilisant) pour passer à “être en paix en conscience” !

 

Arrêtons-nous au “double fonctionnement unifié.”

Il est maintenant bien reconnu (en tout cas, en ce lieu)

  • Qu’être MULTIPOTENTIEL crée autant de joie extatique dans la “création”, la quête de solutions, l’étincelle des débuts, que de fluctuations d’humeur lorsque le trip s’arrête
  • Que le cerveau, allumé par une idée, peut s’emballer et décharger une tonne de dopamine, d’endorphine ou d’adrénaline pour se mettre en marche et créer des milliers de pensées arborescentes en bouquet…
  • Que la rapidité du passage entre les idées et leurs potentiels exponentiels est tout simplement un “mode habituel” de cheminement.
  • Que l’enthousiasme n’a pas de limite une fois cet “état d’être” est sur le bouton ON….
     

Maiiiiiis que cet état, à force d’être enclenché sans aboutir à un “résultat tangible”, nous entraîne vers une profonde désillusion et crise de foi en nos propres capacités d’efficacité, ou de réussite …. “comme les autres “.

Me revient cette phrase citée par Isabelle Padovani qui citait pour sa part son “maître à penser” (M. Rosenberg),

Un drogué ne changera pas de drogue, sauf si on lui en donne une meilleure

 

Et bien c’est de celle-ci dont je te parle en ce jour. J’en ai trouvé une meilleure et je l’ai goûtée TOUT l’été !

J’ai cru, pendant des années qu’il fallait me couper d’une part de moi-même pour trouver la paix intérieur.

J’ai cru qu’il fallait choisir entre être MOI (dans tous mes états) ou “une bonne personne”, celle que je pensais que les autres attendaient que je sois… et, entre les 2, un fossé immense à franchir en ayant cette impression qu’il était tellement large que je ne pourrais jamais effectuer ce saut.

Il ne s’est pas fait en un coup. Il s’est produit pourtant bien des fois … sans que j’en prenne conscience !

Et c’est là que je veux t’amener en terme de réflexion en ce début septembre : nous avons déjà tout vécu, tout expérimenté (ou presque) tout approché et pourtant, nous continuons à chercher MIEUX, ailleurs … en vain, je l’ai expérimenté consciemment cet été.

Je sais que tu sais et que nous savons TOUS que le “bonheur” est intérieur et qu’il est inutile d’en chercher ni la cause ni les effets autre part qu’en son propre ressenti, évidemment. Mais entre “savoir” et le vivre concrètement et plus intensément qu’en un éclat de temps en temps, il y a un monde !!

Ce que cela donne lorsque c’est vécu est une version plus intense de TOUT. De soi, des autres, de la vie, des joies certes mais aussi un recul salvateur concernant les peines, les accidents, les merdes, les échecs et même le passé …

C’est de ne plus sentir le temps passer mais de se sentir le traverser sans attentes. Avec espoir oui, mais sans attentes.

De regarder sa montre (que je n’ai plus) et de se demander quel jour on est … en se rappelant qu’il n’y a rien de grave, ni d’urgent au final. De s’octroyer une découpe de la journée “à la carte”, en anticipant quelle sera la prochaine joie ou surprise, après celle qu’on est juste en train de goûter…

 

Deux mois complets de farniente me dis-tu ?

Bah non, pas vraiment. J’ai eu mes rdv d’Accompagnement ReconneXion toutes les semaines, au milieu de mes coupures créatives ou paresseuses. MAIS, et c’est la grande différence, je ne les ai pas vécu comme d’hab !

Je n’ai pas modifié ou changé le monde non …. Je n’ai pas non plus effectué un virage à 180 pour modifier les données du mien non; j’ai changé de PERCEPTION !

J’ai arrêté de cavaler derrière moi, ralenti drastiquement pour marcher AVEC moi.

J’ai mis à profit TOUT ce que je propose à ceux que j’accompagne en laissant imprégner mes paroles pour les suivre jusqu’à ma propre source d’inspiration. Et j’ai vu, ressenti, en silence, ma vérité.

  • Mon cerveau m’a dit merci en m’octroyant des nuits plus paisibles
  • Mon corps m’a dit merci en récupérant une belle énergie fluide et une envie de me bouger les fesses sans souffler comme une vache qu’on amène à l’abattoir.
  • Mon âme m’a dit merci en me disant qu’il était vraiment plus que temps que je reconnaisse que JE SUIS unique … comme chacun de nous et qu’il n’y a que moi pour ME choisir de l’écouter.

Cet été, avec cet état d’esprit tout neuf, dégagé de quelques illusions de plus quand à l’herbe ailleurs plus verte, m’a envoyé de nouvelles magnifiques personnes en Reconnexion pour me montrer mieux encore ce qui me faisait le plus kiffer dans ma petite vie : être en VIE et en connexion !

 

T’avais pas parlé d’un double mode ? (dis donc dis donc …)

Oui, juste. Le double mode est le pont expérimenté donc pour “être au repos” ET “être actif” en même temps ! Attention, théorie fumeuse mais on s’en fout, c’est le message qui compte 😉 

 

Le zèbre qui se prenait pour un dauphin

Prologue – Début de la théorie fumeuse :

Le multipote est un être nourri à l’activité cérébrale et/ou émotionnelle (rien que ça). L’inactivité complète est disons, compliquée à atteindre …. Même en pleine méditation, sa liste des courses se remplit, parfois ses mots croisés aussi (ou sudoku selon) et quelques questions existentielles si la méditation prend plus de 10 minutes de son précieux temps. C’est un tantinet cliché mais, une fois de plus, on s’en fout, c’est le message qui compte.

Et bien, habitué à penser comme il respire, lui demander d’arrêter de penser … c’est l’asphyxier !

C’est une injonction totalement contre productive.

Oui, il est peut-être temps – dans ta quête de compréhension de QUI TU ES vraiment et celle de trouver ta place en arrêtant de te flageller ou de te saboter chaque fois qu’une bonne idée t’arrive en tête – d’accepter simplement ta manière naturelle de fonctionner !

 

CQFD : Conneries qu’il faut démonter

“Tu penses trop ?” (comme dirait Christelle Petitcollin)

NON, on ne pense jamais trop … mais on ne s’utilise pas de manière efficiente !

Penser “contraint” pour atteindre un état imposé par la norme (traduction imagée : “fais des études pour gagner ta vie et avoir une belle retraite” ou “trouve toi un boulot et arrête de rêver”) est à BANNIR une fois pour toutes et définitivement ! Elle est l’illustration par excellence qui répond à l’injonction paralysante “d’être une bonne personne”; c’est-à-dire l’image de soi attendue et renvoyée au monde pour y garder une soit disant place ou mieux se sentir utile.

A partir de cette décision intime de bannissement, interne et acceptée sans négociation, tu peux commencer à arrêter de démarrer en marche arrière. Tu peux te donner un nouvel accord qui dit ceci : “je décide de respecter qui je suis, comment je fonctionne et je suis prêt-e à rouler sans frein à main … libérant ainsi un sacré paquet d’énergie coincée sous la pédale” (ok, frein à main …. Pédale mais on s’en fout … le message 😉 )

A partir de ce nouvel accord, signé de toi à toi, tu devras aussi accepter les contraintes inévitables et attachées à ton nouvel engagement (alinéa 105bis en bas du contrat, voir conditions en magasin) : accepter le mode dauphin !

 

Base et adaptation de la théorie (fumeuse) du mode dauphin

” Pendant qu’un hémisphère cérébral montre des signes typiques du sommeil lent, l’autre hémisphère reste éveillé. Comme la respiration est volontaire chez ces animaux, cette particularité leur permet d’assurer simultanément deux fonctions vitales: dormir et respirer; car dormir de tout son cerveau provoquerait l’arrêt respiratoire et la mort de l’animal.”

“Assurer simultanément 2 fonctions vitales ….”  Et hop, je récupère le début de ma démonstration !

Tadaaaaaaam !

Vivre en “double mode” (comme je l’ai donc expérimenté cet été) VOLONTAIREMENT pour nous adapter, non plus au monde “normé”, “casiste” (metteur en case) mais à notre manière naturelle de fonctionner = la clé du bonheur ! (Et Maslow n’a qu’à aller se rhabiller. Il serait peut-être temps d’inverser sa pyramide et de capter que les besoins d’accomplissement de SOI sont aussi vitaux que ceux de s’alimenter … )

Plutôt que de ralentir contraint et forcé, de se racrapoter, de se cacher, s’excuser ou se justifier face aux incompréhensions des autres (souvent handicapantes), s’accorder sur cet état de fait et dessiner son environnement, sa vie, ses activités en mode dauphin. Un cerveau pour penser et l’autre pour être inspiré (glander, c’est selon) !

 J’illustre mes propos face à MON incompréhension de mon ancien MOI “normé et sur-adapté” vis-à-vis de Thierry (mon double zébré) jusqu’à il y a encore de cela quelques mois … nous amenant quelques disputes épiques.

Je le houspillais pour mettre en place la partie “technique” de ce blog que tu parcours en cet instant et, impatiente comme toujours, j’entre dans sa caverne (bureau), alertée par le bruit entendu et ses fous-rires.

J’ouvre la porte en grand, certaine de le prendre en flag de flemme, et je le vois, installé au milieu d’un foutoir sans nom, les larmes aux yeux, en train de bidouiller un de ses bricolages, à écouter la radio (popopop de ce magnifique Antoine de Caunes), avec l’ordi ouvert devant lui. Je lui demande ce qui se passe ? (traduction : je l’engueule … soyons honnête). Il me laisse pousser ma gueulante encore le sourire aux lèvres et, une fois que j’ai vidé ma valise, tourne l’ordi et me dit : “la mise à jour charge”.

Me disant évidemment “waaaa les excuses”, je le passe au détecteur de mensonges.

Quelques secondes après, la charge est terminée et son taf technique (qui m’aurait pris 3 jours) était quasi fini.

Plus tard … bien plus tard, j’ai compris enfin ce qu’il m’expliquait depuis toujours. Le silence l’opprime, l’oppresse et son cerveau ne peut fonctionner correctement que lorsqu’il fait plusieurs choses en même temps ! Il doit dessiner pour expliquer quelque chose, il doit faire un mind map pour comprendre en profondeur un système (ou des fois ce que je lui dis). Il doit avoir la radio allumée (et pas la musique, mais des émissions de France Inter) pour bricoler ou même écrire… Bref, c’est SON mode de fonctionnement et s’il se contraint à être assis sur un banc d’école à juste écouter, il s’échappe autrement, ailleurs …. ou s’éteint.

Je met en avant, j’en profite, que les TDAH (troubles de l’attention avec hyperactivité), tant à la mode à notre belle époque, taxant les têtes blondes d’incapacité de concentration, sont autant de poudres aux yeux aussi inutiles (et handicapantes) que de demander à un tétraplégiques de marcher plus vite ! Je ne rentrerai pas dans un débat mais je soulève que les dits troubles sont une résultante, un symptôme et non ni la cause ni la source. Éteins juste la play pour vérifier qu’il était en “troubles de l’attention” pour voir. Bref.

Le double mode, pour un multi, est naturel et permet d’avoir une machine qui ne broute pas.

Etre en double mode pour moi fut de bouquiner, de créer, de me balader, d’écouter de la musique, tout en laissant mes pensées (souvent suite à des séances d’accompagnement) cheminer en arrière plan. Il m’arrivait de m’attaquer à la partie technique d’une couture (ouais, je crée des sacs) et de connecter lumineusement à une conversation de la veille où l’évidence arrivait en trombe.

J’ai accepté de lâcher mon ordi (waow miracle), sans culpabiliser ni stresser, pour faire une marche en écoutant un podcast parce que j’aime apprendre. Je me suis foutu la paix tout en acceptant que les projets “concrets” se construisaient malgré tout.  Et ça change TOUT !

Pourquoi ??

Parce que le corps se sent plus libre et envoie des messages qu’on a le temps d’entendre, simplement parce qu’on est à l’écoute lorsqu’on débranche le cerveau conscient hyper focalisé; c’est-à-dire le mental !

 

Résultats concrets de ce débranchement adapté à mon énergie d’hyperactive d'”hyper vivante” :

  • J’écris cet article de rentrée sur une énergie, une intention; sans plan ni aucune idée de ce qui allait en sortir; libre et sans autre attente que de me faire plaisir en écrivant et te le partageant.
  • Je me suis engagée personnellement dans un coaching (le précédent m’a fait switcher du mode “libérale à la one again” à “reconnectrice multipote qui s’assume”) de septembre 2020 à décembre 2021 ! (yehaaaaa). Investissant en MOI comme jamais je ne l’ai fait de toute ma vie. 
  • J’ai vécu des reConneXions tout cet été qui m’ont arraché les larmes du cœur …
  • Je suis au clair avec ma vision du monde et de ma vie : je veux TOUT goûter et créer, le cœur léger et en sautillant. Pourquoi choisir ???
     

Si t’es arrivé jusque là, bravoooo 😉

Si cela résonne au fond de ton âme et que tu as envie de ressentir encore un peu ma joie partagée, je t’en donne encore un peu … en images

 

 

Cherry on the cherry, le message de la reconnectée qui se regarde … autrement :

“Wahou, très troublant ! C’est la première fois que je m’apprécie en vidéo EmojiEmoji. Ce visionnage a été très émouvant et là je confirme, je ne suis pas la même, ou plutôt si, je suis la même en mieux , et les larmes me sont montées. 
 
Merci  Lara de m’avoir accompagné sur ce chemin !
Merci mon intuition de m’avoir guidé vers toi !
Tu es mon premier guide, et maintenant je sais qu’il y en aura d’autres !
 
Sandrine”

 

Si tu veux aussi TOUT : pourquoi attendre demain ??

Prends contact, on verra ensemble où tu en es et ce que tu désires vivre pour les 50 (ou plus, ou moins) prochaines années ! : https://vivreavecunzebre.com/accompagnement/