Zoom de déblogage #1

 

Ces articles, qui seront réguliers, sont des balises que nous allons poser sur notre parcours, pour témoigner des étapes franchies après un coming-out zébré d’adultes ! Convaincus que ce qui est vécu de l’intérieur peut se transmettre plus facilement à l’extérieur . On fait ce qu’on dit quand on dit ce qu’on est et ce qu’on vit ! (on dirait un sujet de rédaction…vous avez 4 heures )  😀 

 

Bonjour à toi, mon ami-e

 ? 

  • Comment se sent-on, 2 mois quasiment jour pour jour après la découverte de notre nouvelle identité ?
  • Dans quel état d’esprit et de réflexion sommes-nous ?
  • Quels ont été les difficultés, les doutes, les craintes, les pertes de moral, les somatisations… (si si, tout plein tout plein !)
  • Quelles sont les différences entre la théorie et la pratique ? ….  Rien n’échangera jamais la pratique !
  • Est-ce que mon crapaud s’est transformé en prince charmant, après avoir embrassé son nouveau costume à rayures ? (ok, ça c’est gratuit mais ça me fait plaizz)

 

Voilà des questions qui me paraissent essentielles à soulever, si notre objectif et la mission que l’on s’est choisie dans « Vivre avec un zèbre » est celle du partage et de l’échange !
Nous avons décidé d’être les témoins et les cobayes de ce que nous allons développer et des recherches menées pour aller toujours plus loin dans la connaissance de la multipotentialité et de la zébrure !

Nous allons nous servir de nous 2 et de tous vos retours pour amener des éléments pratiques et créer une méthode, un modèle, une approche réaliste et concrète pour maximiser notre aide. Soyons honnêtes, nous le faisons pour nous en priorité car nous en avons besoin. Nous le faisons pour vous ensuite car nous en avons envie. C’est inscrit dans notre cœur… et nos super pouvoirs.
 ➡ VOIR dans ma bio  

Nous désirons profiter d’avoir trouvé une famille pour y répandre toute l’humanité qui nous habite. Cela fait partie de nos ambitions : porter un drapeau zébré, non pour créer un ghetto mais pour permettre à nos cris étouffés et nos ressentis frustrés de trouver un lieu sécurisant pour se déposer, en toute bienveillance et humilité mais aussi se ressourcer, se reposer et apprendre ensemble à se reconstruire.

« Si vous parlez à un homme dans une langue qu’il comprend, cela va dans sa tête. Si vous lui parlez dans sa langue, cela va dans son cœur. »
– Nelson Mandela –

 

Constat

 !  Pour avoir écumé le net pendant plus d’un an afin de découvrir des réponses toutes faites à notre problématique, j’en ai conclu que je ne trouverai pas tout au même endroit ! Me reste plus qu’à créer, oh bonheur infini !!!

 

Quelques chiffres de balisage pour planter le décor

  • Août 2015 : début de recherche active sur le net pour répondre à mes questions existentielles de « rebondisseuse » professionnelle.
  • Mars 2016 : inscription à une formation en ligne du « feu de dieu » pour mettre en place un blog qui déchire !
  • 16 septembre 2016 : découverte lors d’un coaching intense avec une hypnothérapeute de ma multipotentialité   ➡  VOIR notre accueil
  • 19 septembre 2016 : j’apporte la bonne nouvelle à mon mari.  ➡  VOIR notre page Sommes-nous multipotentiels ? 
  • 11 novembre 2016 : mise en ligne de notre blog « Vivre avec un zèbre ».

 

 

Nos montagnes russes

 

Le couple

A noter notre particularité supplémentaire, par rapport peut-être à toi qui découvres, tout-e seul-e dans ton coin « qui tu es », nous sommes 2, en couple depuis 20 ans.
C’est important de le soulever car, à l’avantage d’avoir pu créer notre monde ensemble Thierry et moi : nos 2 filles, nos métiers, nos rêves, nos délires (je m’arrêterai là 😳 ), nous avons, revers de la médaille, eu une grosse difficulté supplémentaire pour nous découvrir zèbres : nous nous sommes annulés.

Nous avions dans le regard de l’autre, à la fois la compréhension de nos fonctionnements par effet miroir et la quasi impossibilité de se dire que les autres ne fonctionnaient pas comme nous… Nous trouvions commun nos pensées constantes, ininterrompues, nos intuitions communes, notre lucidité puissante, notre imposteur archi costaud, nos doutes pernicieux, notre haine de l’injustice. Nous avons vécu les mêmes revers, au même moment et nous avons augmenté notre amour mutuel comme une évidence et l’image de 2 pour tous, tous pour 2 s’est ensuite renforcée par un 4 pour tous, tous pour 4 😯
C’est une chance énorme évidemment, mais l’isolement a été cuisant. Nous nous sommes quasiment résolus à cela, nous avons failli abandonner. Aujourd’hui, nous espérons déployer nos double forces pour aller plus vite, plus loin, plus haut… et avec toi ami-e, si le cœur te crie « oui, je le veux » !

 

 

Thierry et ses phases « after-choc »

 

1. Connexion

A l’annonce de sa zébrure, l’ampoule s’est directement allumée et l’espoir a créé une remontée exaltante : d’adrénaline, de joie, de plaisir, de soulagement, de rêves libérés, de béatitude (oui, presque un coït :mrgreen: ).
Il n’est pas resté 2 minutes tranquille. C’est l’ENERGIE !

Son cerveau s’est mis à faire des bulles et il a ressorti sa trousse de crayons de couleurs, comme une urgence
Il a ressenti, très rapidement, une ré-assurance et la validation d’une certitude ancrée.

Non, ce ne peut-être une réelle découverte, mais bien une confirmation de quelque chose que l’on sait déjà !

Les nombreux témoignages reçus ont tous eu cette même couleur :

« Donc j’ai fait votre quiz, avec un résultat de 86. A la fin de ce questionnaire je me suis dit merde, c’est de moi qu’on parle! »
– Maurice –

« Quelle fabuleuse découverte je fais ce matin! Voilà: je suis un zèbre et mes rayures ne sont pas des barreaux mais plutôt un signe de mon originalité et de mon potentiel. Il me reste à apprendre à mieux lire entre mes lignes pour mieux canaliser et valoriser ce potentiel au service des projets de cœur qui me font rêver et pour lesquels je carbure. »
– Nathalie –

« En maintenant 13 ans de société, si je dois décrire la quantité de métiers que j’ai exercés c’est énorme… votre site vient de m’en faire prendre conscience… « 
– Jean Jean –

« Wow! les mots me manquent pour expliquer à quel point je suis heureuse d’avoir croisé votre chemin (sur la page de l’AZ en passant 🙂 ). 94% au test et pas du tout surprise! »
– Louise –

« Salut Lara. Je viens d’aller voir ton blog. Je le trouve tout simplement super. La première page m’a bluffé. J’ai l’impression que tu me parlais. »
– Tiffany –

« J’ADOOORRREE !! et tout d’un coup, je me sens beaucoup moins seule !! Aujourd’hui, à 62 ans, je viens de découvrir mes rayures grâce à toi ! Mais comme dit le proverbe : « mieux vaut tard que jamais ! » »
– Dominique –

 

2. Vertiges : what else ?

Après avoir redessiné, sous 40 de fièvre créatrice et en quelques jours, tous les plans de notre projet naissant ( ➡  VOIR notre page) car, nous avons eu l’immense chance d’être déjà dans la création de ce blog, monsieur s’est arrêté. Surchauffe neuronale et tempête sous crâne, plus communément appelée : L’ANGOISSE.

« Le mot angoisse regroupe plusieurs sens et définitions mais elle est avant tout une expérience « psycho-métaphysique ». Avant d’être considérée comme un sujet pour la psychologie, l’angoisse a fait l’objet d’une réflexion philosophique qui plonge ses racines dans la question de l’Etre (Qui suis-je ? D’où est-ce que je viens ? Qu’est-ce que l’éternité, le néant, la mort, etc. ?) » Wiki mon ami !

Les mauvaises nuits ont commencé. Les yeux grand ouverts dans le noir, il respirait bruyamment, à la recherche d’oxygène. Sa fragilité respiratoire, siège de ses angoisses passées, a refait surface d’un coup d’un seul. La Ventoline ressortait du tiroir. La visite chez le médecin, qu’il évitait pourtant, comme tout homme qui se respecte, fut l’étape indispensable. Il devait se faire valider, par un homme de confiance, qu’il ne risquait pas de mourir en pleine nuit. Suivi alors du jogging effréné, pour se permettre, pendant ses 10 km, de respirer à plein poumons, de s’introspecter, de se parler et de revenir en nage et avec un demi genou (et, c’est qu’il a plus 20 ans l’animal), heureux d’avoir pu arrêter pour un temps, ses arborescences douloureuses.

 

3. Une relecture du fil de vie

Deux petites semaines après, je le vois changer d’humeur. La mine grise, le teint un peu pâlot, il rumine. Muet, comme tout homme qui se respecte, j’arrive cependant, pugnace, comme toute femme qui se respecte, à lui arracher des mots (une ampoule de 1000 watts dans les yeux) fort difficiles à entendre. Des mots de regrets, suivis de près des remords aussi. Il entamait son voyage dans la colère. Colère contre tout et tout son monde : la société, sa famille, ses parents, ses amis qui l’avaient lâchement abandonné… jusqu’à admettre, à bout de souffle, son entière responsabilité. Il pu alors laisser derrière lui ces émotions là, dont il avait fait le tour…. ça, c’est fait.

« Le regret se porte sur les choses que l’on n’a pas faites ; Le remord sur celle qu’on a faites »
– Denis Marquet dans son dernier livre le Testament du Roc Ed. Flammarion.

 

4. Et maintenant, on fait quoi ?

Dernière étape de ce voyage post (re)-découverte de sa multipotentialité et de son vécu « présent » : LA TRISTESSE.

Pour témoigner, une fois de plus des questions reçues de votre part : la plus directe et signifiante… mais tellement juste et réelle :

Bon et on fait quoi avec cela… une fois qu’on ‘sait’? C’est là la vraie question non ?
– Jeanjean –

Mon zèbre a terminé cette première étape dans ses Z’émotions par une nouvelle question, de loin la plus importante : « et maintenant, je fais quoi bordel ? »
Maintenant… c’est le présent. Le seul des paramètres sur lequel nous pouvons agir. Le sien fut teinté d’une lourde tristesse ; celle de la remise en ligne de sa vie et d’une lecture à 180° de son « impuissance » à récupérer le temps perdu, face à l’immensité de ses envies et de ses rêves. Comme l’enfant qui reconnait son père sous la barbe du « vieux » le 25 décembre, il a mis un genou à terre en se demandant s’il allait être à la hauteur de ses ambitions; lui qui avait revendiqué maladroitement ses différences pendant plus de 40 ans… lui, à qui on a souvent répondu : « que vas-tu faire, petit malin, toi qui sais tout ?? » Maintenant qu’il n’y a plus de filtres, LUI, va devoir prendre sa vie en main, tout seul, comme un grand… et LUI entre alors dans une autre émotion, cachée sous une réaction : LA PEUR !…

Voilà, en quelques phrases, nos premières réponses « expérimentées » à vos premières questions : la balise n°1.
Nous ne connaissons pas le futur mais nous arpentons le chemin, munis de nos radars intellectuel ET émotionnel, libérés de tout parasite.
Nous avons une seule certitude : celle de notre propre responsabilité à faire de notre vie ce que nous croyons être bon pour nous et par effet ricochet, pour ceux que nous aimons !
Nous le ferons sans tabous, sans « langue de bois » et sans détours. Nous le ferons par contre aussi avec légèreté, humour et créativité : la nôtre parce que c’est celle que nous avons en magasin 😎

 

Tu embarques ?

Cela te parle, te touche, résonne ? Tant mieux ! C’est que nous aurons réussi le départ.

Fais-le nous savoir, commentes, exprime toi, tu as le droit ! (heu … Seule limite : « expression » n’est acceptée qu’avec son pote « le respect ». Toujours !)
Si tu penses que quelqu’un autour de toi pourrait se sentir bien aussi à se lire au travers de nos mots et de nos émotions, fais-toi et fais-lui plaizzz… : partage !

 

[/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]
By | 2017-04-10T14:07:12+00:00 novembre 23rd, 2016|Balise, Lara, Peur|9 Comments

About the Author:

Multipotentiologue, psy de formation, thérapeute en herbe, d’obédience humaniste et qui vit avec un zèbre ! « Si tu es sauvage dans ton cœur, tu te battras pour tes rêves » (Sailor et Loula)

9 Comments

  1. Adrien janvier 15, 2017 at 4 h 23 min - Reply

    28 Décembre 2016 : le premier jour du reste de ma vie. 26 ans.

    Diagnostiqué Zèbre/HP/Surdoué/Multipotentiel ou tout autre adjectif qualifiant cette petite minorité.

    Ca devrait être la libération de 44, la chute du mur ou encore les accords du 27 Avril 1848…Mais non…Que dalle … depuis dans ma tête c’est à la fois Hiroshima, le désert de Gobi, les gorges du Verdon et la grippe espagnole de 1918. A côté la victoire de Trump c’est un brownie chocolat aux amandes caramélisées!

    Le cours de ma vie se redessine sans cesse à travers le prisme des rayures. Sauf que rien n’est bicolore, au contraire. Les nouvelles analyses se croisent, s’affrontent et se mélangent aux anciennes, de nouvelles portes s’ouvrent, le flux des émotions se situe entre le haut et le bas d’une montagne russe. La matrice s’ouvre et s’amplifie. Je préfère vous envoyer un email personnel pour la suite de mes explications.

    En plus d’être magnifiquement bien monté, ce site est une mine d’informations pour les nouveaux «coming-outé». Hâte de voir son développement. Franchement merci, bravo et très belle initiative. Du fond du cœur !

    Si je peux me permettre, il existe une superbe chaine Youtube pour les zèbres « une Psy à la maison », elle parle de tous les sujets liés à la surdouance, c’est très complet mais il manque juste la partie nouveau coming-outé au bord du précipice…
    Du coup votre site et sa chaine Youtube se complètent extrêmement bien, apportent des éléments de réponses et de nouvelles visions. Ce doublon est devenu vital depuis deux semaines.
    J’ai une tonne de propositions pour votre blog, mais fondamentalement, il est impossible de ne pas parler des pervers narcissiques. Vous en avez déjà croisé, c’est une certitude. Le chasseur est à la savane ce qu’est le PN pour le zèbre !!

    • Thierry GAILLARD janvier 16, 2017 at 15 h 17 min - Reply

      Bonjour Adrien, tout d’abord merci pour tes encouragements. Ensuite, pour reprendre ton image animalière, tu lèves un sacré lièvre en parlant du lien entre pervers narcissiques et multipotentiel. Autant te dire que Lara & moi, nous en avons croisé quelques-uns uns (parent, patron et amis). A notre niveau d’expertise, nous ne savons pas grand chose du pourquoi mais toujours est-il qu’à présent nous avons développé un véritable détecteur à P.N. qui croisent notre parcours et que la seule façon de s’en prémunir est de les fuir ! Il me semble toute fois intéressant d’en savoir un peu plus.
      Peut-être peux-tu, Adrien, nous confier par mail (contact) tes expériences dans ce domaine, ainsi que quiconque autre lecteur. Nous serons ravis d’essayer d’en faire un article d’éclaircissement de la chose 🙂

  2. Alexandra avril 10, 2017 at 20 h 45 min - Reply

    Merci, merci, merci.
    Vos mots me touchent énormément. J’ai découvert votre site hier soir (à force d’enquête sur le net et dans les bouquins sur ma situation), me découvrant zébrée (euh… ok), et je le dévore.
    J’ai 26 ans et j’ai fais un « burn out » il y a 2 mois (oui oui c’est jeune, moi aussi je voulais pas y croire^^). Je suis pas bien vieille mais j’ai déjà parcouru un peu le monde et fais plusieurs jobs, réorientation, vécue des tourbillons émotionnelles. Très optimiste, dynamique, volontaire et ouverte, je me retrouve aujourd’hui affaiblie… Même si cela va de mieux en mieux (merci la vie, j’ai pas perdue mon optimisme), j’ai du mal à organiser ma pensée et mes idées partent dans tous les sens. Je fais un gros travail sur moi remettant, toutes les pièces du puzzles à leur place petit à petit. Seulement, je suis perdue, je ne sais plus comment commencer, ou re-re-re commencer… 😉 Vos articles m’aide beaucoup. Continuez c’est chouette! 🙂

    • Lara GAILLARD avril 11, 2017 at 16 h 00 min - Reply

      Bonjour Alexandra, très heureuse de te lire !! Il n’y a malheureusement pas d’âge pour le burn-out … mais je te dirais « tant mieux » ! Non, que je te souhaite du mal, bien au contraire, mais ce dernier t’amène (tôt) à te poser sur ton fonctionnement et c’est tant mieux ! Mon mentor (formateur en psychothérapie) te dirait « vive la crise ». Elle n’est présente que parce que le corps dit non alors que la tête veut continuer sur un mauvais chemin. Je t’encourage, pour aller plus loin que la lecture (même si elles est importante et que .. merci pour tes compliments) à venir t’exprimer auprès de nous. Nous avons crée un groupe FB fermé : frappes 3 petits coups et je t’ouvrirai 😉 https://www.facebook.com/groups/143553566140872/
      Je pense que tu seras étonnée et ravie que nous sommes tout plein comme toi et même des « pas bien vieilles comme toi 😉
      Je t’attends avec impatience de l’autre côté !
      Amicalement, Lara (et Thierry bien sur)

  3. Gladys avril 11, 2017 at 17 h 00 min - Reply

    Ah ! le parcours émotionnel de Thierry, je m’y suis vue et là j’en suis à l’entre deux phases : Et maintenant je fais quoi ? Et la peur. C’est rassurant (comme disent les anglais : « Misery loves company ») de voir que nous, zèbres, passons par les mêmes étapes ( plus ou moins). Hypersensible, hyperémotive, et une profonde aversion pour l’injustice, je suis encore dans la colère. C’est étonnant de voir que quand on sait enfin, on voit tout différemment.

    Avant de savoir, je cherchais à entrer dans le moule, alors même que mon subconscient m’en empêchait. C’était plus fort que moi, malgré mes efforts, je n’arrivais pas à entrer dans le moule, ce qui engendra par la suite de nombreux torts (pour ma pomme bien sûr).

    Aujourd’hui je sais et je ne cherche plus à entrer dans le moule préformé de la société, je cherche à affirmer ma différence, à montrer même seule et différente (par rapport à mon entourage j’entends), je suis heureuse et je vis exactement comme je le souhaite. C’est mon objectif aujourd’hui.

    Merci !

    PS : Lara j’ai remarqué que tu faisais souvent référence aux émotions intenses de Thierry, son cheminement émotionnel, intérieur, qu’en est-il de toi ? Es-tu aussi émotionnelle que Thierry ? Es-tu passée par ce cheminement chaotique à la manière d’un bulldozer qui vient tout retourner ?

    • Lara GAILLARD avril 11, 2017 at 17 h 37 min - Reply

      Hey Gladys, en fait … c’est pire chez moi 😉
      En fait, nous ne l’exprimons pas de la même manière. Lui, étant bien plus introverti, le vit beaucoup de l’intérieur et cela crée pas mal de dégâts d’ailleurs niveau physique (somatisation) et moi, étant d’un tempérament plus extraverti, ça sort en vagues (gaffe aux autres parfois) mais en fait, depuis que j’ai compris qui j’étais, j’ai du mal encore à gérer l’énergie et je somatise plus qu’avant. Mais, je pense que c’est une question de temps et d’apprentissage du dosage (entre ON et OFF…. Y doit y avoir un bouton intermédiaire, mais je ne l’ai pas encore trouvé… ;-)) Ce qui a de bien entre lui & moi … et tout notre projet, c’est que nous représentons 2 zèbres très différents et la complémentarité en est heureuse. Homme/femme – Intro/extra – « architecte arborescent »/communicante arborescente – esprit de synthèse/esprit expansif – Bref, un beau panel pour parler et comprendre une bonne partie des zèbres 😉 ps : et je suis une éponge émotionnelle ….

  4. Gladys avril 11, 2017 at 17 h 58 min - Reply

    Je suis plus une introvertie, personnellement. Dans mon esprit j’essaie d’abord d’y faire le ménage seule et de là découle beaucoup d’émotions négatives comme la tristesse, la colère et j’en passe. Et je ne peux pas parler de ce que je suis avec mon entourage, j’ai essayé, ils n’ont rien capté (ou n’ont rien voulu comprendre, les deux cas sont possibles).

    Alors je garde pour moi et puis c’est plus facile/confortable pour moi de faire comme ça. M’échiner à expliquer quelque chose à quelqu’un, ça me fatigue, vu que je n’ai pas le même schéma de pensée. Je dois aller voir une psychiatre parce que quand j’ai parlé de mon multipotentialisme lors d’un rendez-vous Pôle Emploi, l’assistante sociale m’a dit d’aller voir un psy. Elle n’avait rien compris (et se retenait de rire avec difficulté) de ce que je lui baragouinais et mon enthousiasme proche de la folie (j’avais découvert peu de temps auparavant mon nouveau « statut ») a dû lui faire un peu peur. Résultat : Psy. Alors que je cherchais de l’aide pour découvrir mon fil rouge, mon feu sacré. J’ai tout intériorisé et c’est quand je me suis assise sur ma chaise de bureau, de retour chez moi, que j’ai pleuré comme une fontaine avec ce sentiment d’injustice si fort qu’en plus de pleurer, je ressentais une haine affreuse pour cette femme (qui faisait son boulot je suppose) et une compréhension plus fine de ceux qui sont rejetés par la société pour des motifs divers et variés.

    Ici je peux en parler, parce que je sais que je serai lue et comprise mais je sais que si je racontais ça aux membres de ma famille, leur réaction sera toute autre et donnerons l’aval à la décision de l’assistante sociale, sans prendre en compte mon propre point de vue (puisqu’ils ne me comprennent pas).

    Multipotentiel, c’est à mon sens et pour le moment, un fardeau comme un don.

  5. Christine juillet 8, 2017 at 16 h 07 min - Reply

    Je découvre tout ça seule effectivement, mais du coup je ne me sens pas seule!
    Et je crie « OUI JE LE VEUX »!!!

    • Lara GAILLARD juillet 10, 2017 at 15 h 37 min - Reply

      Jamais rester seule ! Trop de richesse dans la rencontre pour passer à côté…
      Crions ensemble !!
      Amicalement, Lara

Leave A Comment