Les Zétapes du coming-outé zébré

[/fusion_text][/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]

Comment en arrive-t-on à découvrir sa multipotentialité une fois adulte ?

La littérature et les articles de témoignages regorgent sur le net, à ce propos. Outre notre propre expérience, décrite dans ce blog, il y a plusieurs cas typiques (recensés) de découverte pour un adulte de ses « particularités de zèbre », alors qu’il n’a jamais été détecté jusqu’alors.

Sujet peu connu, mauvaises connaissances, fausses croyances et manque de professionnels spécialisés de la question n’aident pas à ce repérage. La neurologie progresse à grand pas mais ce n’est pas encore généralisé et, sauf pour ces enfants entrant vraiment dans des phases difficiles où des comportements poussant les parents à consulter, les autres..plus « adaptés » en apparence, passent entre les mailles du filet. Cela en fait des adultes zèbres, totalement inconscients de leur fonctionnement et qui, bien au contraire, se sentent à 10 000 lieux de se poser même la question, et ce par leur propre censure interne

Soyons pragmatique et logique !

Si un enfant peut être repéré par ses comportements atypiques au milieu de ses congénères; que ce soit par son intelligence vive ou son décalage visible dans le milieu tellement normé de l’école, il devient beaucoup plus compliqué, surtout dans une société comme la nôtre, submergée par l’info, de distinguer les difficultés de l’adulte comme des signes d’une douance non repérée auparavant !! C’est la jungle pour les adultes ! D’autant plus que les souffrances éventuelles vécues par un zèbre, sont vues par tous comme des « normalités », des « lieux communs » dans une époque très branchée sur la productivité, les burn-out, les dépressions et autres belles petites (ou grosses) maladies du siècle…
Des sourires entendus (oui je sais, c’est décalé comme image), des « oui, mais toi ».., « oui mais vous » dans notre cas de couple, comme autant de petites phrases qui sous-entendent tellement de : « tu n’as quand même pas à te plaindre » ou « tu es déprimée, prends un Xanax »…, suivi, à la prochaine rencontre de « tu vas pas mieux, t’as pas pris de Xanax ?? »

Rajoute à cette atmosphère la culpabilité du zèbre adulte de ne pas être là où il se sent devoir ou pouvoir être, passée sous le joug de sa lucidité, doublée de son esprit de justicier anti- privilège sur le monde et sur lui évidemment, il devient impossible pour lui d’imaginer être doté de potentiels non utilisés ! Je persiste et signe : probabilité d’auto-diagnostic quasiment nulle.

Alors, me dis-tu … comment un adulte peut prendre connaissance de ses zébrures ??

Voici les principaux cas de figure relevés par les spécialistes de la question :

  1. Par ses enfants : suite au passage de son enfant entre les mains d’un psy spécialisé. Le parent peut reconnaître ses propres « bizarreries » comportementales par l’intermédiaire du diagnostic de sa tête blonde…
  2. Par les enfants des autres, ceux des ami-e-s : même processus dans le cas d’un-e ami-e- proche qui vous explique les difficultés de sa tête blonde à elle et vous fait titiller certaines neurones à l’étalage des « symptômes » de son petit et surtout de son diagnostic.
  3. Par soi-même : cas le plus rare relevé, par le principe soulevé au-dessus. Pourquoi diable (waow, j’adore aussi cette expression), se réveiller un matin, après des années, en se disant : bon sang mais c’est bien sûr…Ce n’est pas moi qui suis décalée, je suis juste méga surdouée et cela m’empêche de réussir, tellement je suis précoce… No sense !

NB : Je répond au questionnement maintenant… Pour ma part, (oui, c’est moi qui ai relevé les zébrures de mon conjoint… et des miennes par effet miroir, toute seule comme une grande) : l’explication longue ICI  et pour la courte : en formation pour créer ce blog, je me suis retrouvée au milieu d’un troupeau de zèbres 😉 et l’une d’elle (que j’embrasse ici même, maintenant) m’a amenée, lors d’un gros travail de coaching et séances d’hypnose thérapeutique, sur la voie…(merci Monique !!)

Les zétapes after choc : après l’euphorie…

1. The revelation et la lumière fût

Voilà que tu te retrouves avec une nouvelle identité ! La tienne certes, puisque tu n’as pas changé, mais un nouveau reflet te fait face dans le miroir, aussi soudain qu’étrange. A la joie immense et le soulagement que j’ai décrit dans « Sommes nous multipotentiels ? » , subjectif évidemment mais tellement fort et vif, arrive l’after choc, assez rapide et incontournable.

Que faire maintenant ? une fois le constat établi, ou du moins une quasi certitude qui t’est confirmée par ton intuition profonde ! Les fils se touchent et tu ressens qu’à part un refus par crainte, oui, il s’agit bien de toi et oui, ces zébrures te parlent, et ouf, tu n’es pas ou plus seul-e !

Tu te retrouves cependant avec une tonne d’interrogations et ton cerveau, que tu as réprimé, se lâche d’un coup ! Waow, qu’il est rapide et waow qu’il est heureux de respirer sans laisse pour le brider… La prise de conscience de ton « atypisme », doux mélange d’utilisation imbriquée d’un haut potentiel cognitif et affectif, qui t’a juste fait ressentir beaucoup de peine à t’adapter au monde, est fulgurante et déstabilisante. Tu vas maintenant passer par différentes phases de décompression et nous allons faire un tour (subjectif) de celles-ci pour te guider sans paniquer dans ces étapes. Nous te tendons une torche pour éclairer le couloir vers la sortie, ou la prochaine étape 😉

J’ai noté en vrac les émotions ressenties lors de cette prise de conscience perso en vue de les partager ici même :

  • L’étonnement
  • Le choc et le refus
  • Un sourire de plaisir
  • Un doute insidieux
  • La machine se remet en route
  • Les ondes électriques
  • Le tour de la tête
  • Le cerveau dit non
  • Le coeur hurle que oui
  • Mutisme soudain
  • Arrêt sur image
  • Logghorée ….
  • Les arguments contraires
  • L’auto-conviction
  • La mauvaise foi
  • Le regard en croix
  • La suspicion
  • L’envie de rire
  • La colère
  • La rancune
  • Le mépris
  • L’injustice
  • Le gâchis
  • L’espoir
  • L’envie
  • L’ouverture
  • La lumière
  • La joie
  • Alléluia !
  • Trop beau pour être vrai !
  • Je ne suis pas seule !
  • Comment vais je faire ?
  • Comment vais je dire ?
  • Comment vais je vivre ?
  • Que vais je en faire ?
  • Et lui ???
  • Révélation number 2
  • Lui aussi… évidence
  • C’est même le roi des zèbres !

2. Acceptation – réflexion et relecture

Il va falloir maintenant accepter cet état de fait, et reconnaître tes différences et ton identité profonde. Il te faut imaginer que c’est une vraie renaissance, dans tout ce qu’elle a de beau et d’inquiétant. C’est un travail mental que de revisiter sa vie et ses souvenirs avec une autre grille de lecture. C’est très énergivore et cela t’entraîne dans une surchauffe cérébrale et émotionnelle assez impressionnante. Cela te parait un peu fou et pourtant….tu sens au plus profond de tes cellules que c’est bien de ton comportement qu’il s’agit. Tes errances, tes fulgurances, tes douleurs, tes frustrations et ton rangement dans une boite trop petite mais que tu as acceptée…comme étant la tienne, celle que tu méritais.

 

3. Te confronter à tes mécanismes de défense

Tu relis tout, très vite, puisque de toute manière, tes souvenirs sont colorés d’émotions et rappelle toi, le cognitif et l’affectif travaillant de manière indissociable, tu passes en revue ta petite vie avec tes nouvelles lunettes . Tu repères chaque étape et puis tout d’un coup, tu t’arrêtes et tu cherches la « petite bête »…la ligne entre les lignes qui te dit « ben non, c’est pas moi en fait »…On n’échappe pas si facilement à ses mécanismes de défense, et c’est normal, tu es sur-entraîné-e. Le moral est assis sur le manège et tu subis 3G de montées et descentes. Le « oui c’est sûr » au « non peut-être que non finalement » peut te laisser dubitatif et perdu, un up and down au niveau des humeurs….

 

4. Prendre conscience de tes talents et de ton potentiel

Une relecture peut s’imposer si toutefois, tu n’es pas « heureu-se » dans ta vie actuelle, professionnelle, relationnelle et/ou sentimentale. Et cette étape n’est pas la plus simple évidemment et peut effrayer devant l’ampleur de la tâche… Et pourtant, cela peut-être un nouveau départ dans le premier jour du reste de ta vie aussi ! Je te l’accorde, il y a un vrai travail de réflexion à enclencher pour savoir si tu désires changer au niveau professionnel par exemple et cela ne se fera pas du jour au lendemain ou rester dans ton job qui te convient mais le re-choisir finalement avec plus de respiration et de recul. Au niveau sentimental, le fait de savoir peut être perturbant et entraîner du mouvement mais il s’agit de ta vie et elle mérite tout le bien que tu peux lui accorder.

 

5. Mobiliser son énergie à bon escient… différemment

Cela coule de source. C’est un gros reset et l’énergie utilisée jusqu’à présent pour freiner tes envies, tes frustrations ou ton ressenti va être libérée et doit être canalisée pour ne pas te mettre la tête à l’envers, et crois-moi, cette énergie est puissante. Il est important de la mobiliser de façon constructive pour ne pas « s’auto-digérer ». Je souris à l’image que mon cher ostéopathe a utilisé un jour, lors d’une somatisation…un de ces fameux symptômes présents qui te prévient qu’il y a quelque chose qui coince… Il m’a dit, à mon grand étonnement, que j’étais un VORTEX et que cette énergie intérieur qu’il ressentait, devait absolument se tourner vers l’extérieur pour me laisser en paix…C’était il y a quelques mois et je comprend aujourd’hui la métaphore !

 

Et pour en faire quoi ?

Dans tous les cas, le seul véritable enjeu se résume en la question suivante : et maintenant on fait quoi (..) so what ? diraient les anglo-saxons ?

– J. Siaud Facchin –

La première réponse qui fuse pour ma part est la ré-injection de sens a une vie qui n’en pas forcément puisque construite sur une mauvaise image de soi ou une identité non conforme au ressenti intérieur. Trouver enfin la paix intérieur, l’équilibre et ré-apprendre à se respecter et s’aimer est une mission prioritaire. Le choix de se montrer enfin sous son vrai jour et d’adapter sa vie à son nouveau costume est tout à fait personnel et doit se travailler car, tu t’en doutes, il n’est pas simple d’expliquer à son entourage ce qui t’arrive…

Tu obtiens, avec la découverte de cet état de fait, une baguette magique qui te montre que tu as en toi des supers pouvoirs, si si…n’ayons pas peur des mots ! Tu possèdes des qualités que tu n’as peut-être jamais exploitées au grand jour qui sont entre autres : la synthèse des idées (pensées en arborescence), un apprentissage très rapide sur des sujets qui te passionnent, « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » (oui je l’aime celle-là..Lavoisier), teste ta mémoire si tu doutes et rend toi compte que les souvenirs que tu as sont récupérables de façon intellectuelle mais aussi sensorielle.

Si tu as écumé de nombreuses activités professionnelles, rappelle toi que tu as appris plein de choses, même si tu t’y es vite ennuyé-e; tout est transférable, c’est de l’acquis. Et autre qualité qui pourrait passer pour un manque de personnalité, est la grande flexibilité ou adaptabilité aux autres; comme une capacité à se transformer en ce que tu as besoin d’être dans une situation donnée. Ce n’est pas magique, c’est intuitif et peut-être expliqué rationnellement par le fait d’une très grande perceptibilité de ce qui ne se voit pas !

Nous rejoignons l’avis de JSF sur ce point et c’est l’axe choisi pour nous dans ce projet de blog et notre choix professionnel aussi (Notre projet)

« La recherche, de son côté, finit par travailler sur les surdoués, comme sur des sujets d’expérience sortis de tout contexte ou de toute humanité. Il isolent un facteur, comme une molécule qui aurait sa propre vie. Et les constats s’égarent parfois dans des considérations théoriques très éloignées de la réalité du terrain, de la vie, la vraie »

Nous allons concentrer toute notre énergie dans cette aventure que nous voulons humaine avant tout !! Nous t’encourageons à nous faire part de tes ressentis, de tes questions, de tes peurs, de tes besoins pour répondre une fois de plus au plus près de ta réalité. Reconstruire sa vie, sans avoir changé de personnalité mais découvrir que tu n’es pas celle ou celui que tu croyais être est un vrai cadeau. Prends le comme une chance énorme qui va te permettre de faire de tes « errances » un vrai conte de fée !

Le secret

Etape par étape surtout, puisque je te révèle à présent un vrai secret (si si) : aucune inquiétude sur le temps… cette réalité ne s’en ira pas (non non je t’assure !), tu possèdes en toi déjà tout ce qu’il faut pour écrire ton histoire, avec tes crayons, tes couleurs et ta signature, y a plus qu’à déterminer tes envies; les cerner, les encadrer, projeter et agir…

Un conseil si tu es prêt-e à l’entendre :

Prépares toi, non au sprint mais au marathon… Nous allons passer à la préparation mentale et physique : l’entraînement des champions et surtout ne pas commettre les erreurs classiques qui consistent à confondre vitesse et précipitation…relevées dans l’article suivant : Les pièges à éviter lorsque tu te découvre zèbres.

 

Si tu désires réagir, je t’encourage à me laisser un commentaire ci-dessous et si tu penses qu’il peut aider une autre personne, offre-lui de bon coeur en le partageant. 

Que ta journée soit belle !

 
Lara, Multipotentiologue avertie ! 
By | 2017-04-10T14:08:26+00:00 octobre 25th, 2016|Lara, Uncategorized|4 Comments

About the Author:

Multipotentiologue, psy de formation, thérapeute en herbe, d’obédience humaniste et qui vit avec un zèbre ! « Si tu es sauvage dans ton cœur, tu te battras pour tes rêves » (Sailor et Loula)

4 Comments

  1. Emily novembre 15, 2016 at 12 h 15 min - Reply

    Merci Lara de ce blog. J’ai 84% au test mais quelque chose en moi résiste. Je suis allée déjà consulter des sites sur la douance et je constate qu’on y parle aussi « tests » et là, je sais que je vais « tomber » sur mes lacunes, c’est à dire la logique mathématique. Du coup, j’en conclus : pas pour moi ! Qu’en penses-tu ? Si je suis zèbre (et c’est amusant car cet animal m’a toujours fascinée, j’en ai peint un joli bleu et blanc !), quel handicap !

    • Lara novembre 15, 2016 at 18 h 26 min - Reply

      Bonjour Emily, je comprends bien ton questionnement et je te dirais que les « tests » officiels sont un choix tout à fait personnel…Pour être pragmatique, les « zébrures » ou la multipotentialité ne concernent justement pas l’intelligence de manière quantitative. Anciennement, seul le QI était reconnu (où l’intelligence logico-mathématique était bien importante en effet). Aujourd’hui, nous parlons d’intelligence multiples comme la verbale, intra-personnelle, kinesthésique etc. Notre quiz est un premier pas vers la prise de conscience; essentiel de comprendre qui on est pour avancer. La suite sera bien plus axé sur « comment le vivre », comment exploiter nos beaux potentiels souvent négligés et travailler sur soi pour comprendre ce qui nous anime et ce qui est important pour un juste équilibre. Retrouver de l’élan créatif et assumer notre « sensibilité ». Je travaille en ce moment sur un article sur les intelligences multiples, tu y trouveras des informations complémentaires plus détaillées ! A très bientôt. Belle journée à toi.

  2. Yam décembre 18, 2016 at 17 h 56 min - Reply

    Merci Lara ! je vais de ce pas faire le test !
    Tu dis que la prise de conscience peut se faire par les enfants, est ce que cela veeut dire que les zébrures se transmettent génétiquement ? 🙂
    Bises!

    • Lara décembre 18, 2016 at 18 h 15 min - Reply

      Et bonjour Yam, alors, pour suivre ce vieil adage : « les chiens ne font pas des chats » ;-), il semblerait que de nombreuses adultes, passant pour leur tête blonde auprès d’un psy pour les tests, se rendent compte en effet que le petit n’est pas tout seul à être zébré…
      Deux HP ensemble ont de plus grandes probablilités de voir leur petit zébré aussi 😉 Les tests sont un choix perso. J’aurais tendance à penser qu’ils sont vraiment une bonne chose pour les enfants qui sont ce qu’on appelle des Haut potentiel « complexes »; c’est-à-dire ceux qui s’adaptent moins bien à l’école. Selon certaines études, il existe aussi une catégorie de Haut potentiel « laminaires » qui eux réussissent correctement et souffrent moinds de leur décalage… Merci pour ton commentaite. Ces questions étant redondantes, je me penche en ce moment sur certaines études et je pense faire un article très bientôt sur le sujet, pour éclairer un peu ces nombreuses interrogations. Excellent dimanche et très heureuse de partager ces informations !! Lara

Leave A Comment