Part. 1 – Puis je vivre de mes passions ?

Puis je vivre de mes passions ?

T’arrive-t-il de regarder, les yeux brillants, les exploits ou la vie « si simple » d’un passionné ? Cette personne qui, depuis toute petite, respire le bonheur et l’épanouissement car elle vit de sa passion ?
Rien n’a l’air de la déranger ou de la perturber. Les questions « triviales » d’argent, de boucler les fins de mois, de fatigue ou d’énervement face à un patron ou un collègue, n’ont pas l’air d’être à l’ordre du jour ?
Or, à regarder de plus près, malgré des sentiments mitigés primaires de « jalousie » qui pourraient naître spontanément dans ton esprit, elle parvient très rapidement à t’épater et te faire juste envie et rêver, le sourire aux lèvres ?

 

C’est une sensation enivrante et libératoire de se dire alors : « Ohhh ouiiii, moi aussi je veux vivre de ma passion, c’est pas si compliqué »
Tu t’attèles alors, sur un joli cahier que tu nommes « ma nouvelle vie » à écrire fiévreusement la liste de toutes tes passions…
Tu t’imagines alors, le cœur léger, tous les bienfaits que cette décision importante pourrait amener dans ta vie : plus de joie, moins de fatigue, de meilleures relations avec ta moitié, tes enfants, ta famille, tes amis…
Tu écris des scénarii de plus en plus fous mais tellement excitants. Ta journée est heureuse et ton énergie au top ! Les mots s’enchaînent, les idées affluent et les «champs des possibles» deviennent vertigineux. tu te sens envahi-e par une fièvre de bonheur.
« Ohhhh yes ! » Tu es « le roi du monde ! ». A ta santé Gatsby !!!!!

[/fusion_text]

Cependant, une fois la liste établie et l’excitation du moment retombée, les questions pratiques commencent :

  • Est-ce que le point 1 est une passion réelle ?
  • Puis je en vivre ou est-ce juste un hobby, une envie ou une possibilité financière ?
  • Serais-je capable de me lancer corps et âme dans cette « activité » pour laquelle je me sens faite et que va penser mon entourage ?

De fil en aiguille, tu rayes un à un les mots de ta liste en te disant qu’il te faut être raisonnable et que tu ne vis pas ou plus au pays des bisounours depuis un petit peu de temps…

Tu as des responsabilités et tu ne peux, sur une humeur du jour, un coup de tête, tout balayer pour partir sur ton cheval blanc, à la conquête de ton utopie…

Et bien oui, c’est possible, je peux te l’assurer !! Mais pas sur un coup de tête, pas n’importe comment et certainement pas dans la précipitation. La première chose à bien saisir pour toi, multipotentiel-le, n’est pas la difficulté de trouver une passion, mais bien la recherche d’un lien entre tes trop nombreuses passions !

Allons-y, réfléchissons ensemble, je t’emmène.

 

Un marasme français ?

« Dans cette étude relayée par le site Quartz, la France se situe en dernière position des 17 pays pris en compte. Ainsi, seuls 5% des salariés français se disent pleinement satisfaits et impliqués dans leur entreprise quand 18% d’entre eux déclarent au contraire se sentir ni satisfaits ni impliqués. Ils ne seraient par ailleurs que 12% à aimer leur environnement de travail et autant à le détester. Selon Steelcase, ces mauvais chiffres s’expliquent par le fait que les employés français ressentent un manque de contrôle sur les aspects clés de leur travail et un niveau de stress élevé » (article du Figaro – Paul Louis – mars 2016).

Effarant !! Ça plombe le moral, non ?

Servons-nous en au contraire pour prendre du recul, relativiser, réfléchir à notre situation de multi-potentiels dans ce paysage morne pour tous et enfin pour nous re-booster et nous motiver à avancer, un pas après l’autre dans une possible re-création, qu’en penses-tu ?

 

Nouveau paradigme : entrer dans un monde « post-professionnel » ?

« Les professionnels » fleurissent depuis le dix-neuvième siècle.
De chaque activité ou discipline est né un corps professionnel, avec ses règles, ses valeurs, sa culture et ses barrières.
Ces corps sont issus du paradigme inventé par les guildes médiévales. Comme les guildes, les corps professionnels ne se contentent pas de préserver et transmettre un savoir précieux. Ils promeuvent aussi un ordre social et assurent une stabilité politique. Chaque profession a sa représentation. Celui qui fait partie d’un corps existe socialement, politiquement et économiquement.
En bref :

Les professions sont un rempart contre le chaos politique.
– Laetitia Vitaud – « Le triomphe des amateurs »

De cet ancien paradigme, selon Laetitia Vitaud, à la tête duquel les « experts » dominent, une nouvelle réalité vient aujourd’hui bousculer cette « toute puissance » par les changements d’habitude des consommateurs. Ces derniers en effet, par la puissance du numérique, se sont habitués à accéder au meilleur service. Alors qu’avant le 2.0, l’expertise ne pouvait profiter finalement et bien logiquement qu’à un petit nombre d’individus.

Et l’auteur de citer 4 grands bouleversements qui viennent changer la donne :

!
  1. Les grandes applications numériques permettent le «meilleur pour tout le monde».
  2. Les plateformes numériques permettent à des « amateurs » de fournir des services professionnels.
  3. L’expertise et le savoir ne sont plus protégés par des titres.
  4. Les carrières linéaires sont en périls.

 

Et de conclure : « Ceux qui vivront mieux seront ceux qui auront embrassé le nouveau paradigme et rejeté certaines formes archaïques de réglementation. (…) L’expertise appartient à tous. »

Le débat est ouvert certes mais cette réalité est bien présente et pourquoi donc, en cette période de transition rapide, ne prendrions-nous pas le train en marche pour changer notre donne et passer du « vilain petit canard » incompris et malheureux au Robin Hood de demain ??? (ok, y a plus moderne comme référence…)

 

 

?
  • Pourquoi ne pas profiter de toucher le fond de la piscine pour donner un bon coup de remontée et enfin s’autoriser à réussir ?
  • Pourquoi ne pas être « the right man in the right place at the right time » ?
  • Et pourquoi pas surtout ??? Rappelez vous de ce bel appel d’Emilie Wapnick (et si vous ne l’avez pas vu, c’est par ici

 

Peut-être comme toi aujourd’hui, nous étions conscients de NOS problèmes répétitifs (il aurait fallu être aveugle pour ne pas les voir) dans nos diverses expériences professionnelles. Je parle au pluriel parce que, si tu n’as pas lu les autres articles, nous sommes 2 et nous avons, au cumul, travaillé 13 ans ensemble. (Lien vers notre parcours).
La tête dans le guidon, nous allions de plus en plus vite pour pallier au décalage et aux échecs précédents. De plus en plus efficaces, rapides, adaptés, serviables et au final, exploités. Il est toujours avantageux pour un patron de voir débouler un employé hyper motivé qui bosse fort et plus vite que les autres. C’est bien confortable.
On en a voulu aux patrons tout d’abord. Puis, à force, la répétition de la situation nous a fait quand même douter de la responsabilité de l’échec 😈

 

Comment arrêter cette spirale avant qu’elle ne nous avale ?

Nous en sommes arrivés à la conclusion logique suivante :

« Si tu ne t’adaptes pas au travail qui t’est proposé, adapte ton travail à toi »
– Lara Gaillard –

Évidence mais par rabâchage constant et tout ce brouhaha d’insécurité qui traverse nos écrans et entrent dans nos foyers, nous la perdons de vue. Nous sommes tellement assommés quotidiennement par les mauvaises nouvelles, le chômage et les discours politiques alarmistes qu’il est carrément anxiogène, lorsque nous avons « la chance » d’avoir un job, d’imaginer le quitter malgré notre malaise ou notre insatisfaction. Rajoute à cela l’entourage, la famille, les amis, dont les yeux s’écarquillent lorsque tu oses leur avancer l’hypothèse d’une ré-orientation professionnelle, juste parce que l’ambiance au bureau te déprime !

  • Okayyy, mais par où je commence ?
  • Je sais bien ce que je ne veux plus faire
  • Ce qui me déplaît
  • Ce qui me frustre
  • Ce qui ne me convient pas
  • Que puis-je faire à présent ?
  • Et surtout comment et par où commencer ?

 

« Vous ne trouverez jamais ce que vous ne cherchez pas » !
– Confucius –

 

Devenez tout d’abord un expert de vous-même !

… Charité bien ordonnée commence par soi-même…

 

Je ne sais pas si tu as déjà eu l’occasion de passer une brevet de secourisme ?

La première règle que l’on t’apprend, lorsque tu te retrouves confronté à un accident, c’est de sécuriser le périmètre et surtout ta propre vie pour pouvoir apporter ton aide à la victime et ce, avant toute autre action. C’est du bon sens, même si ce n’est pas toujours le premier réflexe que l’on a. Pour la vie, et sans l’urgence, c’est pareil. Si tu ne prends pas soin de toi, comment veux-tu être efficace dans ton activité ou d’une quelconque utilité pour les autres ?

En ce qui nous concerne, lors d’une recherche de changement de vie ou d’activité, nous pouvons transposer ce principe aisément. La première étape est de prendre soin de soi, d’apprendre à reconnaître son fonctionnement, ses envies, ses forces, ses compétences et ses limites. Commencer par se respecter avant toute autre action, et faire fi du « jugement » extérieur.

Considère maintenant les choses en te décalant de la pression du regard des autres et imagine pouvoir enfin trouver, à l’intersection de tout ce qui te fait vibrer, l’activité qui te conviendrait totalement. Vas-y, essaye ! Et plutôt que de commencer la liste des arguments contraires, je te propose de penser d’abord au « et pourquoi pas ? »

En tant que multipotentiel-le, établir une liste de passions et de compétences n’est en général pas un problème. Trouver par contre du sens à tout cela et des liens entre nos multiples intérêts est une autre affaire ! Pourtant, c’est l’unique piste pour envisager une rencontre avec soi-même car tout démarre de là.

C’est le seul chemin à parcourir pour espérer aussi sortir de la répétition d’expériences précédentes négatives ou d’échecs.

 … To be continued => Part 2

 

[/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]
By | 2017-04-10T14:06:36+00:00 novembre 29th, 2016|Lara, Passion|0 Comments

About the Author:

Multipotentiologue, psy de formation, thérapeute en herbe, d’obédience humaniste et qui vit avec un zèbre ! « Si tu es sauvage dans ton cœur, tu te battras pour tes rêves » (Sailor et Loula)

Leave A Comment